Poésie ancillaire

Publié le par CHOU

2008-10-21_19-48-00.jpgJ'aspire à la modernité

Le jour où Balthazar expire.

Tu vas clamser, mon vieux balai,

C'en est fini de nos délires.

Bientôt je tournerai la page,

Enfourcherai du plus ronflant,

Je serai femme de ménage

Sur un destrier rutilant.

2005-09-12_02-59-00.jpgMais pour cela, point n'ai le choix

Il me faut gagner un concours

Organisé par la Mère Joie

Pour les sorcières de basse-cour.

Adieu Balthazar, pars en paix

Et n'oublie pas ta balayette

Tu sais déjà où tu la mets

Avec le manche et l'étiquette...

Agnes_Moorehead_in_Bewitched.jpg


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
<br /> Excellent!!!!! <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> Merci ! <br /> <br /> <br />
C
<br /> On peut se faire aspirer ici ? Quelle drôle de destinée que celle du lecteur en ces lieux :-)<br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> lo pô compris<br /> (mais je doute que ce soit bien grave...)<br />  <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> C'est un concours à la mormoilneu, pour gagner un aspiro...<br /> Comment, tu n'es pas fasciné ????<br /> <br /> <br />
M
<br /> Si tu le gagnes, je te le passe !<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> Chiche !<br /> <br /> <br />
H
<br /> Voilà un poème plein...d'aspiration qui marquera son temps...<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> Je n'en doute point. Je songe à l'encadrer et à l'afficher dans mes wawas... <br /> <br /> <br />