Ma vie sans Johnny

Publié le par CHOU

Pour se reposer de la putain de vague, je vous propose ce texte trouvé dans mes brouillons. A l'évidence, il est inachevé. Le truc, c'est que je ne me souviens absolument plus de quoi je voulais parler. Des suggestions quant à la nature de Johnny ?

johnny.jpg

 

Lundi soir, je reviens de Bretagne, des étoiles dans les yeux et des bouts de plâtre dans les cheveux. Je laisse derrière moi un Saute-Biniou maçonnique, d'une troublante beauté avec sa truelle pleine d'enduit à la main. 

Ne le touchez pas ! Il est à moi !

A peine la porte de mon appartement franchie, je m'empare de Johnny, d'une main ferme mais douce. Je m'efforce de lui introduire un machin dans l'orifice et, horreur, le machin pète. Bling Plaf, en mille morceaux le machin.

Du coup, Johnny est total raplapla. Plus bander Johnny, plus que dalle.

Le lendemain, je file à la FNAC, je montre mon Johnny à un Monsieur en lui demandant s'il a l'instrument prépuce propice à rebooster mon Johnny.

"Mais bien entendu, Mèdème", qu'il me dit et il me donne un bouzin qui rendra sa vigueur à J.

Ca s'arrête là. Mystère... je me perds en congés turcs


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article