Les mots déchus

Publié le par CHOU

J'aime les mots comme un enfant aime les bonbons...

Quelques friandises désuètes ???

« Tu me canules ! » : dites-le avec des mots oubliés
Elodie Barakat | Journaliste

 

Vieillots, démodés, remplacés, détournés, ou même totalement oubliés, la langue française regorge de vieux mots qu’il est bon, presque jouissif, de dépoussiérer de temps en temps.

Si l’on souhaite se faire comprendre des gens avec qui l’on parle, il est déconseillé d’en abuser. Mais ressusciter quelques mots momifiés de temps en temps peut se révéler très plaisant.


« Dictionnaire des mots oubliés », d’Alain Duchesne et Thierry Leguay, éd. Larousse, janvier 2013 

C’est d’ailleurs ce qui a motivé les professeurs de lettres Alain Duchesne et Thierry Leguay, qui ont signé le « Dictionnaire des mots oubliés » (éd. Larousse, janvier 2013).

Plus de 250 pages de mots et de gravures où l’on apprend qu’« emberlucoquer » signifie séduire en usant de ruse, que la politicomanie est un vilain défaut, qu’entrejambe peut se dire « entrefesson »...

Conjouissons-nous de cette petite sélection.

1. « Cet abuseur s’est accointé de celle que j’aime. Les rodomonts dans son genre me férocisent ! »
(Ce baratineur a serré la fille que je kiffe. Ça m’énerve les mecs qui se la racontent comme ça !)

  • Abuseur n.m. Celui qui trompe, qui séduit.
  • S’accointer v. Se lier.
  • Rodomont n.m. Fanfaron qui vante sa bravoure pour se faire valoir et se faire craindre.
  • Férociser v. Rendre féroce.

2. « Allons croustiller à l’évent, puis hâtons-nous d’assouvir ma postéromanie. »
(On pique-nique rapido, puis on file faire des bébés.)

  • Croustiller v. Manger léger, grignoter.
  • Event n.m. Au grand air. Avoir la tête à l’évent : être très étourdi.
  • Postéromanie n.f. Envie d’avoir des descendants.

3. « Avec mon menu frusquin, je n’ai pu lui offrir plus qu’une happelourde... »
(J’ai pas un rond, alors je lui ai offert un truc en toc...)

  • Frusquin n.m Ce qu’on a d’argent.
  • Happelourde n.f. Fausse pierre, qui a l’apparence d’une pierre précieuse.

4. « Tous ces pantophiles me laissent recru. Je rêve d’un peu de bonace, de me rasséréner un peu. »
(Ras-le-bol de tous ces enthousiastes. J’aimerais bien du calme, me détendre un peu.)

  • Pantophile n.m. Celui qui aime tout.
  • Recru,e adj. Excédé de fatigue.
  • Bonace n.f. Etat de la mer pendant un calme plat. Tranquillité, repos.
  • Se rasséréner v. Devenir serein.

Un visage dessiné sur une main(Caitlinator/Flickr/CC)

5. « Trêve d’acagnardage, tu me canules. »
(Arrête de glander, tu me fous le « seum » !)

  • S’acagnarder v. Paresser, mener une vie obscure et fainéante.
  • Canuler v. Obséder, importuner.

6. « Certes rafalé, ce n’est pas une raison pour jouer les prône-misère. »
(Il a galéré, c’est vrai, mais ce n’est pas une raison pour se plaindre tout le temps.)

  • Rafalé, e adj. Qui a subi des revers de fortune.
  • Prône-misère n.m. Qui se plaint continuellement.

7. « Je te contre-aime. »
(Je t’aime aussi.)

  • Contre-aimer v. Aimer en retour.

8. « C’est un tendron valétudinaire, mais qui ne manque pas de sémillance. »
(Elle n’a jamais la patate, mais au moins elle a de la jugeote.)

  • Tendron n.m. Jeune fille.
  • Valétudinaire adj. Qui est souvent malade.
  • Sémillance n.f. Vivacité d’esprit.

9. « Les demi-passions me contristent. Mon acédie est croissante. »
(Les histoires sans lendemain me font « bader ». Plus ça va, plus j’ai la flemme.)

  • Demi-passion n.f. Passion sans force et sans durée.
  • Contrister v. Causer une tristesse profonde.
  • Acédie n.f. Apathie, absence de désir, affaissement de la volonté.

10. « Je me suis éveillé sans remembrance aucune et tout déparpaillé. Je devais être sacrément imbriaque. Quand j’ai vu le regard de ma femme, j’ai compris que j’étais dans le margouillis. »
(Black out total. Je me suis réveillé tout débraillé. Je devais être complètement bourré. Quand j’ai vu la tête de ma femme, j’ai compris que j’étais dans la m****.)

  • Remembrance n.f. Souvenir.
  • Imbriaque adj. Ivre, fou, stupide.
  • Déparpaillé adj. Négligé, débraillé.
  • Margouillis n.m. Embarras.

11. « J’étais éplapourdie de voir ce muche s’assoter d’une appareilleuse pareille. »
(J’étais choquée de voir ce petit gars timide en pincer pour cette chagasse.)

  • Eplapourdi, ie adj. : Etonné, stupéfait.
  • Muche n.m. Jeune homme timide.
  • S’assoter v. S’amouracher.
  • Appareilleuse n.f. péjoratif. Femme qui s’entremet dans de mauvais commerces d’amour.

12. « Un paltoquet qui, non content d’être un véritable croque-lardon mâche dru ! »
(Ce mec est une vraie plaie ! Non seulement il se tape l’incruste, mais en plus il dégomme tout.)

  • Paltoquet n.m. Homme grossier, sans mérite, prétentieux.
  • Croque-lardonn.m. Parasite, personne qui cherche des invitations à dîner.
  • Mâche-drun.m. Gros mangeur.

C'est pas mignon ???

Publié dans Cachalotié

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
<br /> Fidèle a lui-même ! Il connait l'auteur, c'est le cousin du voisin de l'homme qu'a vu l'homme qu'a vu l'ours dont il a entendu parler.  Il précise qu'il écrit des trucs que tu viens de<br /> citer, et tu devrais aimer ces écrits que tu dis aimer. Ca valait le coup d'en faire un commentaire...<br />
Répondre
C
<br /> <br /> Ne nous fâchons pas. Les gens restent ce qu'ils sont, lui, toi... et moi !<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> A croquer ! Dans le genre, je te recommande aussi "Le dictionnaire des injures" de Robert Edouard avec par exemple une liste d'appellations malveillantes (vieux trumeau, petit foutriquet, bougre<br /> de galapiat et j'en passe...), "des lettre anonymes", "des graffitis", etc. : une bible précieuse et rare... que je me garde bien au chaud (ça peut toujours servir !) <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Merci du tuyau, je m'en vais voir ça de plus près !<br /> <br /> <br /> <br />
C
<br /> Ah j'adooore!!!!<br />
Répondre
C
<br /> <br /> Je vais encore dépenser du blé à la FNAC, je crois...<br /> <br /> <br /> <br />
H
<br /> C'est délicieux...<br />
Répondre
C
<br /> <br /> N'est-ce pas !<br /> <br /> <br /> <br />
P
<br /> j'avais lu cet article, mais tellement rapidement que je n'avais pas remarqué que le bouquin était de Thierry Leguay.<br /> c'est un vieux copain d'enfance, le fils de la marraine de ma soeur...<br /> il est coutumier de l'exhumation des vieux mots et vieilles expressions françaises. il a d'ailleur commis à ce sujet pas mal d'ouvrage, ça devrait te plaire (il y a sans doute des redites dans<br /> ses livres)<br /> <br /> <br /> http://www.amazon.fr/Thierry-Leguay/e/B004N1AE7G <br />
Répondre
C
<br /> <br /> A force d'exhumer, je suppose en effet qu'il doit se répéter... n'empêche, j'adore !<br /> <br /> <br /> <br />