Le radiateur, ça chauffe !

Publié le par CHOU

Je vous mets un petit extrait de "Je te prendrai contre le radiateur", parce que je sens que vous avez envie de voir comment c'est bien écrit et très intéressant niveau psychologie.

images-copie-3.jpg

Aglaé repoussa négligemment la mèche blonde rebelle qui s'obstinait à tomber devant ses yeux immenses, d'un bleu azuréen.

Ses doigts agiles couraient sur le clavier de son ordinateur. Tout à son travail, elle ne remarqua pas immédiatement la présence de Rodolphe, debout à l'entrée du bureau.

Il la regardait avec intensité, découvrant soudain une femme incandescente et fragile sous le masque de la secrétaire appliquée.

Rodolphe sentit en lui monter le flot d'un désir fougueux. Son corps de guerrier s'arqua, prêt à décocher la flèche que l'imprévisible Cupidon venait de lui offrir.

En deux enjambées félines et viriles, il fut à ses côtés.

Elle leva les yeux, effarouchée comme un faon perdu dans la forêt.

- Monsieur De Mérobert !!! Je ne vous avais pas vu entrer !

- Lève toi, petite souillonne et adosse toi au radiateur, que je te montre la force de ma mâlitude, le calibre de ma tuyauterie et la joliesse de mon service trois pièces !

- Mais... mais... mais...

- Cesse de bêler, galeuse petite brebis, et soumets-toi à l'appel du grand rut !

- Mais... mais... mais...

- Ta gueule ! Ou alors parle-moi cochon !

- Grouik... grouik... grouik...

- C'est mieux mais je préfère tout de même que tu la fermes.

Rodolphe souleva la douce enfant innocente de sa chaise dactylo, tel le prédateur sauvage qui arrache le frêle mulot à son champ de blé.

Il la plaqua contre le radiateur. Son regard brûlant plongeait au tréfonds de l'âme d'Aglaé, qui respirait en bouquets de râles déchirants.

Bon, j'arrête là, parce qu'après, c'est carrément le frisson de l'amour, en tant que lectrice !

harlequin2.jpg

Et spéciale dédicace à Madame Pèsemou, une louche de son !

Aglae mix by Prise de chou

MERCI TITINE !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Que vous n'ayez que faire de "leçons de savoir vivre, de savoir répondre, de bien-pensence" etc, très bien, mais qu'est-ce que ça vient faire là ? C'est quoi le rapport ? Et on peut parler sans<br /> prêcher...
Répondre
C
<br /> <br /> Vous avez du mal à le faire, apparemment...<br /> <br /> <br /> PS :<br /> <br /> <br /> Et zut et flûte, je viens de supprimer un commentaire à la con que vous m'avez laissé sur un article précédent. Erreur de manip... vous qui en connaissez la teneur, ma réponse était :<br /> <br /> <br /> "Merci de ne pas concrétiser votre malaise par une peau de renard en ces lieux, restez donc à Tulle" <br /> <br /> <br /> <br />
G
<br /> Ca sent le roussi <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Non pas trop. Juste l'ennui et le dessous de bras humide...<br /> <br /> <br /> <br />
R
Oui je crois. A moins d'être toujours dans le trip de la bagarre, toujours dans le trip de faire taire l'autre par une saillie de son esprit, par un "bon mot"...
Répondre
C
<br /> <br /> Madame Ré, vous vous êtes fourvoyée en un lieu où le trip, le kiff, le plaisir, c'est de faire taire l'autre qui n'est pas d'accord par une saillie de son esprit, par un "bon mot"...<br /> <br /> <br /> Je n'ai que faire de leçons de savoir vivre, de savoir répondre, de bien-pensence. Je m'en fous total pour être claire.<br /> <br /> <br /> Allez prêcher la bonne parole à qui vous entendra.<br /> <br /> <br /> Amen.<br /> <br /> <br /> <br />
R
Il n'y a que vous qui dites que je m'abaisse. Ce n'était pas dans mon propos. Etrange interprétation ! On peut "faire un effort" vers l'autre sans s'abaisser.
Répondre
C
<br /> <br /> Vraiment, vous croyez ?<br /> <br /> <br /> <br />
R
Du réchauffé sur le radiateur, je le disais juste pour parler dans votre langage, pour que vous puissiez mieux comprendre. Ce n'est pas drôle.
Répondre
C
<br /> <br /> C'est très urbain de votre part de vous abaisser à mon niveau pour faire oeuvre pédagogique ! Merci. Je suis à la frange de l'émotion, au chignon de la larmichette, à la rouflaquette du trouble.<br /> <br /> <br /> <br />