La sainte verge

Publié le par CHOU

Y'a un an j'étais en voyage de noces à Kerbanane, y'a deux ans je fumais ma dernière cibiche, y'a trois ans je me rêvais avec une bistouquette...

 

Agathe the blues pose dans un papier récent l’intéressante question : que ferais-je si j’avais un pénis pendant 24 heures ?

Bon, pas un machin rose à piles et à géométrie variable à poser sur sa table de nuit, à côté de la boule à neige Soubirou et du baromètre roue de bateau de Ploemeur… que ferais-je si j’étais un homme pendant un jour et une nuit.

Vaste programme. Réjouissante perspective.

Agathe affirme qu’elle s’enfermerait chez elle et qu’elle attendrait que ça passe. Etre un mâle, quand on adore être une femme, bouh, quelle horreur.

Pas moi ! Quelle aventure, j’en frétillerais de plaisir (et j’aurais le matos pour frétiller correctement).

Réveil. Mon nouvel organe est au garde à vous, ce qui me remplit de fierté et de joie. Je sais enfin ce que ça fait d’avoir la gaule ! Je saute de mon lit en me grattant les joyeuses, contemple dans le miroir mes joues râpeuses et décide de ne pas me raser. Quand j'étais une femme, j'aimais bien les mal rasés.
Petit dèj, douche, habillage. Tout ça va très vite, pas de maquillage, d’épilation sous ailerons, de « qu’est-ce que je vais mettre, j’ai rien à me mettre ». Je saute dans un jean, un pull, n’importe quoi et je sors.

La chasse est ouverte.

Parce que si j’ai un pénis pour 24 heures, il faut absolument que je m’en serve.

J’ai bien fait pipi debout ce matin, c’est rigolo, mais faut viser juste. Manque d’expérience, j’ai éclaboussé les murs des wawas.

Il me faut donc trouver une femme qui accepte de partager ma couche. Quel genre de femme ?
Je suis peu portée sur la pelouse, et risque donc d’avoir quelques difficultés à m’intéresser à mes ex-congénères.

C’est compter sans mon nouvel appendice, qui réagit au quart de tour à la vue de la moindre courbe offerte. Un décolleté audacieux, schling ! Un fessier moulé dans un jean, schling ! Une paire de jambes harmonieuse, schling ! Punaise, ça doit être fatigant à vivre 365 jours par an…

Faut draguer. Comment faire ? Ca y est, j’ai peur de me prendre des vents. C’est que je n’ai pas de temps à perdre. Demain, retour à la case fatma.

Allons, j’ai été une femme. Comment ai-je aimé être draguée ? Pas à coups de sifflet, pas de façon abrupte. Regards admiratifs, sourires francs, conversation légère. Faire rire, déconner, glisser petit à petit vers quelque chose de plus tendre, prendre la main, passer aux confidences, dire finalement son envie de passer un moment avec elle.

Admettons que ça marche. Je suppose que ça doit marcher une fois sur 1 000, mais admettons, sinon on est encore là à Noël.

Je connaîtrai enfin l’autre côté du binôme, je saurai ce que ça fait précisément et physiquement d’introduire mon nouveau copain dans ma copine, si j’arrive à maîtriser la bête. Des sensations nouvelles. Je comprendrai mieux les hommes, les aimerai plus encore, et je serai ravie de redevenir une femme !

La question avait été posée à plusieurs personnalités dans un magazine féminin il y a quelques temps de ça. Je ne me souviens que d’une seule réponse, parfaitement inattendue, incorrecte, donnée par Françoise Fabian, comédienne chic et ultra distinguée :

« Si j’avais un pénis pendant 24 heures ? Mais je m’en servirais pour vous enculer, très chère ! »

J’aurais bien aimé voir la tronche de la journaliste !

Publié dans Premières

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
<br /> <br /> J'ai imaginé le ballet classique, le vélo, la barre fixe, la couse de haies, etc... Les situations les plus drôles, c'est quand il y a dissymétrie entre le mouvement du corps et celui du "sboub",<br /> trouvez pas ? Le corps tout tendu, chaque mouvement contrôlé et lent dans un ballet classique et le "sboub" qui fait ses bouinnnnnnng en totale impertinence.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Ah ! La splendeur du bouiiinnnng du sboob !!! <br /> <br /> <br /> <br />
P
<br /> <br /> Que ferais-je, en tant qu'homme, si je m'imaginais être une femme devenir un homme pendant 24 heures !!!<br /> <br /> <br /> Dommage, j'ai pas le temps de me pencher sur l'exercice de style :-(<br /> <br /> <br /> Sinon, pour l'esthétisme du balancier, la course de haie. Au ralenti, hein, pour bien voir les détails inénarrables du zboob. Un balancement synchronisé de gauche à droite puis de droite à gauche<br /> de la bite avec les mouvements opposés du bassin, en parfaite harmonie avec les boules, puis hop, saut de haie. Alors là, c'est la magie de la cacophonie chaotique, l'Ordre du Désordre incarné,<br /> où la synchronisation teub/roustons part littéralement... en couilles.<br /> <br /> <br /> Bon, sinon, le trampoline, ça semble prometteur aussi :-D<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Ah... la beauté de l'engin... sans parler des demoiselles accompagnatrices ! <br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> <br /> La barre fixe... <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Ouille !!!<br /> <br /> <br /> Le curling !<br /> <br /> <br /> <br />
N
<br /> <br /> Le vélo!<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Le skate board acrobatique !<br /> <br /> <br /> <br />
N
<br /> <br /> Ouais, d'accord avec moi (!) et Glandouille. Il y a des mouvements qui doivent être extrêmement ridicules et donc drôles à faire le sboub à l'air!!! Imaginez un ballet classique, ou un combat de<br /> judo...<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Quant au rugby...<br /> <br /> <br /> <br />