Gondryole

Publié le par CHOU

Le Louxor, aujourd'hui, c'est beau comme l'antique, voire l'Egypte. La grande salle a été refaite à l'identique justement, et ça paye largement sa chatte, si je puis m'exprimer avec la vulgarité qui me caractérise.

Haïku, qui, comme vous l'avez sans doute remarqué, est ma camarade nambère oine de sortie cinoche, m'attendait, gracile et minuscule aux pieds des colonnes qui ornent l'entrée de ce temple du 7ème art.

lou.jpg

Je m'attendais à casquer un max, la séance "normale" de cinéma à Paris atteignant de nos jours les 10 euros. Ben non. 5 boules ma poule pour les séances juste avant midi. Merci Ramses, merci Delanoë.

La salle, ocre et rouge, immense, deux balcons, avec fauteuils de bois et de velours rouge. Bel écran, parfaite qualité de projection. Relativement peu de monde. Plus toutefois que le jour où j'ai vu "The Big Lebowski" au Max Linder, sur les boulevards. Nous étions deux, et c'est assez impressionnant.

the_big_lebowski___jeff_bridges1.jpg

Mais dans le 18ème, j'adore deux salles :

- le Studio 28, avec son lustre designed by Cocteau, sa programmation Art et Essai de pointe, ses concerts pré-films (rhaaaa le sublime concert de cette diva du clavier avant "Le Pianiste" de Polanski)*

76610895.jpg

- Le Ciné 13, derrière le Moulin de la Galette, et ses fauteuils d'amoureux rougissants. Je vous en ai déjà parlé il y a 24 ans 1/2.

Cin__13___Montmartre___Paris.jpg

Brèfle, je vous passe la décoration lotussienne de profil en diable, et venons-en à notre légume.

Haïku était toute excitée, fan absolue de Vian, même que son fiston s'appelle Boris, c'est dire le délire.

Elle me répétais "Tu vas pas aimer, j'en suis sûre, tu vas pas aimer...".
J'aime tellement donner tort aux gens que j'étais dans les meilleures dispositions dès l'ouverture du film.

Une sorte de bric à brac inventif et génial qui pétille de partout. Des personnages fantasques et réjouissants.

Omar Sy - ma tante en avait, elle s'appellerait dentier.

Romain Duris - qu'il est beau, qu'il a l'air intense malgré une machoire de mérou carnivore.

- Gad Elmaleh - qui semblait tout pomme de jouer dans un film de Gondry... rhalala c'est trop d'honneur, déjà que je tronche le rocher de Monaco, ma vie est à un pic, un cap, une péninsule.

- Audrey Tautou, qui est tout de même super moins bien sans rouge à lèvres et qui devrait cesser de parler comme une petite fille, ça va craindre du boudin à ressort dans pas longtemps.

- Aïssa Maïga, just the black bombasse, pour un peu j'en reconsidèrerais mon amour exclusif pour les mâles blancs, mais je veux bien leur donner une chance encore.

- Charlotte Le Bon, qui décidément est une promo permanente pour l'allumage au gaz québecois.

- Sacha Bourdo... oui, pas évident, on ne se souvient pas toujours de son apparition à l'écran. Il joue la souris. Il joue toujours le rôle de petits. La Police Nationale est d'ailleurs sur la piste, on se demande s'il n'aurait pas trucidé le nain Pierral et n'aurait pas de mauvaises intentions sur Passepartout pour leur piquer leurs cachets d'interminittents du spectacle !

Ca me plaît, je souris à l'excentricité brocantesque du décor, à l'anguille qui sort du robico, à Chabat dans le frigo, aux fleurs qui font leur numéro, à Le Bon sur un plateau... oh oh oh !

Et puis au bout d'un moment, ça finit par faiche. On dirait presque un remake de "Mic-Mac à Tirelarigot", le pensum gai façon langue de belle-mère de Jeunet.

Pendant que je commence à bailler discrètement, Audrey Tautou se chope un nénuphar dans le poumon. C'est con. Tant qu'à faire, un bus en pleine gueule c'est plus direct et ça abrège les souffrances des spectateurs aussi.

Du coup, dégradation du milieu de vie, que la lumière passe plus, que les vitres sont sales, que la maison rétrécit, qu'on est fauché, qu'elle finira à peine lingée dans un cul de basse fosse et pissez tout !

Ouf. L'agonie fut longue.

Je n'ai rien capté, senti, humé, détecté de la poésie du livre de Vian (si ça se trouve, le livre m'aurait fait tartir également !).

Les comédiens semblent prisonniers des effets spéciaux et spécieux. Ils ne parviennent pas à faire passer une émotion véritable dans tout ce décorum factice. Je n'ai pas l'impression que Colin aime vraiment Chloé, ni l'inverse.

Pire. Je m'en fous.

"Légume des jours" était un navet.

Pourtant, j'ai tellement aimé ce film ci-dessus et d'autres de Gondry !

* Moi aussi, je puis être Philémonien !

Publié dans Mauvais Movie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Je m’arrête très souvent sur votre site que j’apprécie beaucoup, cela me permet de m’évader et de penser à autres choses….Que du bonheur !! Merci
Répondre
L
<br /> Meuh chlé déjà vu, The Killing ! Même que j'ai déjà cherché le modèle en tricot du pull de l'héroïne, tellement que je l'ai vu. Oui, c'est bien. Mais 6 feet, cierge ou pas, ça reste mon idole.<br /> Avec In Treatment, Sopranos, MadMen juste derrière, s'il faut être précis.<br />
Répondre
C
<br /> <br /> Ouh, rien vu encore des derniers cités ! J'ai du pain sur l'ordi ! Chouette !<br /> <br /> <br /> <br />
H
<br /> Je me souviens de ne pas avoir du tout  accroché au livre, mais ça a été le cas avec tous les livres de Boris Vian...<br />
Répondre
C
<br /> <br /> J'adore ses chansons, les livres, je n'en ai jamais lus, à part "J'irai cracher sur vos tombes".<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> Ce que tu en dis n'est pas surprenant. C'est le contraire qui l'eut été.<br /> <br /> <br /> Comme ça je n'irai pas le voir, mais avec bonne conscience !<br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
C
<br /> <br /> OOOOOOOOHHHH là !<br /> <br /> <br /> Ne te sers point de moi comme alibi, s'il teup !<br /> <br /> <br /> Non mais !<br /> <br /> <br /> Je t'embrasse. C'était sympa de te voir l'autre jour. C'est trop rare.<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> Aaaah, les séries. Je mets un cierge à Six feet under tous les soirs.<br />
Répondre
C
<br /> <br /> C'est salace, non, mettre un cierge... je sais pas, c'est pas super chrétien quand même...<br /> <br /> <br /> A part ça, j'ai adoré cette série, fournie par ma copine ingénieuse du son Titine, qui vient d'ailleurs de me refiler une autre bonne came, pas dans le même genre, mais de la bonne quand même :<br /> "The Killing". Un truc danois (pas le chien, hein), donc pratiquement lapon, ça devrait te plaire si tu aimes le polar bien tordu.<br /> On peut regarder sans les moufles, ce qui est un sérieux avantage. <br /> <br /> <br /> <br />