Gloria et la ligne de courtoisie

Publié le par CHOU

Je rentre de chez Casino, haut lieu du supermarchier de base.

Ca pourrait presque devenir une saga, ce bouclard alimentaire, entre cahalotié et demi-gaule de mon espousé dès qu'il en franchit les portes, une interprétation très personnelle de l'expression "faire la queue"... l'effet Casino, quoi !

rubon653-4ddf4.jpg

Là, ayant fait fumer ma carte hier pour garnir un frigo qui à mon retour de Bretagne n'était pas sans évoquer le désert des steaks tartares, j'avais juste trois-quatre articles de complément. L'article de complément est à la bouffe ce que l'acteur de complément est à la star. Le curry pour le boeuf, le tralala pour Suzy Delair.

18865863.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20070907_055840.jpg

Mon p'tit panier sous le bras, je me dirige vers les caisses express et fais le poireau sagement derrière la ligne de courtoisie* en attendant qu'une machine jactante se libère ; quand tout soudain, je suis enveloppée dans des effluves suaves et sauvages de "Pourquoi Tumazu". Une fragrance aujourd'hui interdite à la vente car elle faisait tourner le lait des parturientes et avorter les brebis.

- Faut y'aller, qu'est-ce que vous attendez !

Je me retourne malgré l'assaut olfactif à la limite du gérable et me trouve face à face avec une créature qui a sans doute bloqué quelque part dans les années où Gloria Lasso était une bombasse.

1133781611_0.jpg

Je me demande d'ailleurs un instant si ce n'est pas Gloria Lasso en personne. J'hésite à lui demander tout à trac si sa renaissance de parmi les morts se passe bien, si elle abuse de "Pourquoi Tumazu" pour pallier a un certain inconfort niveau odeur corporelle très courant chez le zombie.

C'est une oeuvre d'art, cette femme. Des cheveux longs, très longs (paraît que ça continue à pousser post mortem, c'est sans doute la raison) de couleur "noir-corbeau-bleuté-charbon" qui, toutes les coquettes vous le diront, adoucissent les traits fanés de la femme vieillissante. Un maquillage tout en épaisseur. Le fond de l'air est frais, mais le fond de teint beaucoup moins. Et surtout, surtout ! Outre le rouge à lèvres carmin appliqué à la Robert Smith, une sublime banane bleue électrique sur toute la paupière supérieure et plus, car affinité.

robert-smith.jpg

Un hurlement d'effroi monte dans ma gorge, mais je me contrôle.
Respire... respire... mais pas trop fort... bien que tu n'allaites plus.

- Mais Mèdème, il me faut attendre qu'une caisse soit libre. Les gens n'ont pas terminé. 

Et crac, justement, une bécane outragée, brisée, martyrisée, est enfin libérée.

Je fonce et commence mes petites affaires, surprise d'être toujours nimbée de Tumazu. 

C'est qu'elle m'a suivie, la bougresse ! Elle est là, sur mes talons. Elle a ignoré la ligne de courtoisie.

ELLE A IGNORE LA LIGNE DE COURTOISIE !!!

ligne-de-courtoisie.jpg

Bindu, la vingtaine fatiguée, l'oeil de biche lasse, l'exotique surveillante du troupeau de caisses électroniques, se pointe illico et apostrophe Gloria.

- Faut pas suiv'e les gens pou' les embêter pa' de'iè' quand ils paient, hein !

- Vous m'ennuyez, vous, je ne bouge pas, j'ai pas envie qu'on me pique ma place.

Je fais un sourire entendu à Bindu pour lui signaler que c'est pas ben grave, que je gère, même sans masque à gaz.

Le souffle de Gloria ne quitte pas mon cou tandis que je passe mes achats devant le lecteur de code. Bip... bip... bip...

164-1209992301-security_suit4---465fx349f.jpg

C'est fini. La machine me demande : "Avez-vous la carte de fidélité Casino ?"

Gloria bondit et brandit sa carte perso en hurlant :

- Oui, oui ! Je l'ai ! Où c'est qu'il faut la mettre ?

- Mais Mèdème, ce n'est pas à vous que la machine s'adresse !

- Comment ça c'est pas à moi ? Comment vous le savez ? Je l'ai bien entendue ! Je suis pas sourde ! Vous me prenez pour une andouille, vous voulez me voler mes points Casino ?

caisse-express.jpg

Considérant que le cas est désespéré, je prie fermement Gloria de bien vouloir attendre que j'aie terminé mon business, lui promettant de la laisser face à son destin et à la caisse automatique dès mon départ.

Je suis un peu pressée et pas assez sadique pour rester contempler leur affrontement.
Bindu m'a dit "au revoir" avec un air infiniment triste. 

supermarche.jpg

* La ligne de courtoisie... franchement ! La ligne de courtoisie ! 

Publié dans Moment de solitude

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
<br /> ben c'est ça le talent vois tu : ça parait facile , pour les autres.<br />
Répondre
C
<br /> <br /> T'arrêtes de me caresser dans le sens du poêle à mazout !!! <br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> bravo, celle là,  je te dirais bien que je ne l'ai pas vue venir ( mais tu vas me parler de mes problèmes de vue ..! !) toujours pas éditée ?<br />
Répondre
C
<br /> <br /> Non, mais je n'ai guère fait d'efforts...<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> Excellent !!!! encore,  encore !!! t'es trop forte .<br />
Répondre
C
<br /> <br /> Tu trouves que j'ai grossi ?<br /> <br /> <br /> <br />
C
<br /> Il me semblait que tu avais dit toi-même un jour que tu es "vieux jeu" (en plaisantant bien sûr), mais "vieux jeu" ne sont peut-être pas les mots exacts.<br />
Répondre
C
<br /> <br /> Pour certains trucs, c'est certain, je suis vieux jeu. Pour d'autres, beaucoup moins ! <br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> C'est une de tes rencontres bizarres qui a piraté mon pseudo... Que faire pour revenir comme avant ? Quel lifting dois-je opérer ?<br />
Répondre
C
<br /> <br /> Honnêtement... je sais pas !<br /> <br /> <br /> Regarde l'adresse que tu laisses en posant un commentaire et modifie. Je ne vois que ça !<br /> <br /> <br /> <br />