Chiche kebab

Publié le par CHOU

Partie de Paris hier sous un ciel gris, je suis arrivée à Vannes - la ville où l'on se tape sur les cuisses en s'en racontant de bien bonnes, toute citadine avec mes bottes rouges, mon maquillage léger et mes cheveux fraîchement lavés du matin.

Mac m'attendait avec son Audi. Solange lui a enfin rendu les clefs, elle est repartie dans son élevage de 20 000 porcs. La pauvre, elle n'a pas facilement son dimanche avec ses animaux. Faut leur gratter la couenne tous les jours !*

images-copie-1

Joie des retrouvailles !

Après un bref coït de bienvenue derrière le stand de la presse people au Relay de la gare, nous partîmes joyeux vers la presqu'île qui abrite nos amours échevelées, livides au milieu des tempêtes depuis près de 4 années.

Un soleil pâle illuminait le ciel d'un bleu timide. Quelques rares nuages s'effilochaient à l'horizon, figurants esseulés dans le cadre immense de l'azur.

Mon espousé, dont le sourire fait fondre le caramel au beurre salé et décoiffe la chatte des bigoudens me dit alors de sa voix suave et über-sensuelle :

- Chiche !

- Kebab ! Lui répondis-je tout à trac, noyée dans son regard ultramarin.

Qu'allait-il encore inventer pour faire de cette journée un moment intense et inoubliable ?

Non... si ! La plage.

Mes bottes à la main, le pantalon relevé, j'arrivai à ses côtés sur la grève déserte, battue de mille vents. La mer était verte et déroulait ses rouleaux furieux.

Soucieuse de préserver les restes de mon brushing, j'attachai ma longue chevelure mordorée à l'aide d'un pouic rose fuchsia, cependant que Saute-Biniou m'arrachait mes vêtements.
Nus, nous nous dirigeâmes précautioneusement vers l'onde turbulente, main dans la main.

A peine avais-je fait un pas dans la fraîcheur océane qu'une vague tsunamiesque me renversait.

Plus tard, nous quittâmes la plage, arborant tous deux des coiffures poulpeuses. Mon mascara, malmené par l'atlantique, avait coulé et mes yeux n'étaient pas sans évoquer ceux d'un panda alcoolique...

C'était bien !!! On s'est éclatés comme des gamins !


* Pour les non-initiés qui se demandent, mais bordel, c'est quoi ces histoires de porcs et d'Audi. Voilà :


http://www.dailymotion.com/video/x6n1db_papy-fait-de-la-resistance-extrait_fun?search_algo=2

 

D'autre part, j'ai bien conscience que l'illustration animalière n'a guère à voir avec la teneur iodée de cet article fondamental, mais je tenais à vous présenter notre animal de compagnie, Kiki, un hybride lombric-lama au pédigrée d'une grande noblesse.

J'ai laissé Totor à Paris, où il étudie avec le plus grand sérieux.

pigeon.jpg



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
<br /> <br />
Répondre
C
<br /> Lalala! collection Harlequin tout un monde d'évasiooooon! (parait que c'est moins bien écrit que là ce dont je ne doute pas!)<br />
Répondre
C
<br /> Ben moi, j'y croyais pas à son élevage de porc. Par contre, c'est pas dans le Sussex, alors là, ça me laisse sans voix.<br />
Répondre
S
<br /> @ Mac : Bien sûr que si , mais c'est pas dans le Sussex...<br />
Répondre
M
<br /> S. : sans dec, ton élevage de 20 000 porcs, c'est pas vrai ?<br />
Répondre