Bienvenue dans le brutal !

Publié le par CHOU

Le "brutal", en parigot, c'est le métro, à cause des secousses. On dit aussi le "dur" (je dis ça pour les ploucs qui n'ont même pas de réseau ferré sous terre dans leur Ploucville-Mornetrou*)

village.jpg

Hier soir, partie vers 16h de la gare de Vannes - qui me fait sourire quand j'y arrive et grimacer quand j'en repars, je détraine à Montparnasse, me tape la totale du quai - voiture 20. Pour arriver au coeur de la gare, c'est 5 minutes de gymkhana avec ta valbombe à roulettes qui dérape dans les virages, un slalom géant entre les mamies qui trottinent, les amoureux qui se bécotent, les trolleys de bagages, les grincheux qui s'engueulent, les accros qui ont dégainé la tige de 8 et le briquet, fébriles, dès la haute marche du wagon descendue.

L-etrange-espace-fumeur-sur-les-quais-de-la-gare-de-Stuttga.jpg

C'est toujours un choc. J'ai peur de me provincialiser. J'ai quelques minutes d'adaptation avant d'entrer complètement dans le flot et de reprendre mes habitudes de capitalienne. 

gare-saint-lazare-17-11-2008.1227010573.jpg

Descente dans le métro. Navigo. Escalator. Ligne 13. Pas de place assise. Je continue ma lecture de JE PRENDS RACINE de Claire Castillon, un livre offert par une fille que j'aime bien malgré ses origines sub-loiriennes et qui me plonge dans des affres de questionnement quant à ma féminitude, m'enfin j'y reviendrai peut-être.

images-copie-5.jpg

Brutalisée comme il se doit, je démétrotte à Saint Lazare, trouve un train illico pour Courbi et m'affale dans le brutal final, un peu saucée il faut bien le dire.

A peine le potron posé sur la moleskine déchiquetée, j'entends derrière moi une voix de dinde qui pérore au téléphone. Haut et fort. Je me retourne discrètement pour zieuter l'engin. Une vingtenaire sans charme, pas désacnée totalement, qui cause à sa Maman.

51162_commuters-use-their-smartphones-as-they-ride-in-a-bus.jpg

Bon, je raconterai la suite demain (bonjour le suce-pince insoutenable !), je vais faire des moules pour Lili et moi ce soir, faut que je gratte la bête !

Moules.jpg

* Je BLAAAAAGUE !

Publié dans Ta mère en tongs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Ton blog est superbe, que de belles idées!
Répondre
A
<br /> C'est étonnant ... mais dis moi , deux questions en une : comme tu as peur de te provincialiser en arrivant à Paname, as tu peur de te parisianiser en arrivant dans le Golf ? j'avoue que ,à la<br /> seule vue de ces pauvres gens dans le métro, j'ai la boule au ventre, je ne m'y ferai jamais . Est ce que la bretagne est une torture pour toi ?<br />
Répondre
C
<br /> <br /> La racine est parisienne. Définitivement.<br /> <br /> <br /> Ce qui me permet de m'acclimater relativement facilement à chaque retour dans la matrice.<br /> <br /> <br /> Je sais survivre dans le métro, le bus, et même le RER. Une vraie warrior.<br /> <br /> <br /> Maintenant, j'adore ma nouvelle vie en province, mais c'est aussi grandement parce que l'homme que j'aime est là-bas. S'il n'y était pas, je me ferais surement chier grave.<br /> <br /> <br /> <br />
B
<br /> Une copine nous a ramené un "vieux lille" de ses vacances dans le Nord. Le fromager l'avait mis sous vide, même pas drôle ;-)<br />
Répondre
C
<br /> <br /> Ca gache le plaisir olfactif, en effet ! <br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> Mozart est réincarné en oignon,<br /> <br /> <br /> c'est pour ça qu'on pleure quand en épluchant.<br /> <br /> <br /> ????<br />
Répondre
C
<br /> <br /> C'est de l'absurde poésie de comptoir.<br /> J'aime assez... <br /> <br /> <br /> <br />
H
<br /> Le camembert ramené de Normandie, c'est pas mal pour se faire sa place...<br />
Répondre
C
<br /> <br /> Voire le Maroille du chnord !!!<br /> <br /> <br /> <br />