Promenons-nous dans les bois

Publié le par PRISE DE CHOU

Je vais sans doute passer pour une virago. Qu'importe, ceux qui me connaissent savent que je ne suis ni un dragon à moustaches, ni une garce au coeur de glace.

Une discussion s'ouvre chez MC et Blanche. L'une et l'autre se plaignent de l'attitude des hommes à leur égard, déçues par de beaux parleurs violoneux qui n'en voulaient finalement qu'à leur couette douillette.

Je ne pense pas que tous les hommes soient des salauds, ou comme le dit crument Patrick dans un commentaire, que leur but ultime et unique soit de « tremper le biscuit » avec un maximum de filles en un minimum de temps (wham bham, thank you m'am !).

Même le pire des lapins mécaniques peut tomber amoureux.

Le problème, ce n'est pas l'homme, mais la femme qui tombe dans le piège.

Elle est éduquée pour.

Faut-il revenir sur la littérature ingurgitée dès l'enfance et son aréopage de princes machins, de bonheur immarcescible à tout jamais pour toujours, de douces créatures ancillaires sauvées par l'amûr...

On apprend aux filles à rêver d'absolu, d'unique et de merveilleux. Pendant ce temps-là, les hommes chassent.

Comme ils sont loin d'être débiles, ils savent attirer la biche aux grands cils mouillés et au flancs palpitants avec de jolies déclarations et de belles promesses, pile poil dans le créneau !

Arrêtons de faire gibier !

La chasse, ça peut être amusant, mais de l'autre côté du fusil. Cette nouvelle perspective est révélatrice du tempérament de certains qui, confrontés à une biche à cartouchière, prennent illico la fuite, la queue entre les jambes. D'autres acceptent le jeu, et ne vous considèrent aucunement comme une victime potentielle, mais comme une égale, ou une fieffée salope, mais qu'importe.

Il arrive même que l'on croise un chasseur très particulier qui donne envie de déposer les armes...

Les choses changent, les princes flageolent, les biches ont la dent dure, on va peut-être enfin pouvoir s'aimer entre humains.

En attendant, promenons-nous dans les bois...


Petite caricature pour le plaisir des jambes...
euh, des yeux !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Ah ben si chasser c'est choisir, je l'ai toujours fait alors sans le savoir... ICS et même avec naïveté... Jamais attendu que celui qui me plaisait vienne réveiller la princesse mais du genre " youyou je suis là ! :) mais bon , en cérébral, pas en tortillant du cul parce qu'à chacune ses moyens de séduction et çà, hélas, je n'ai jamais sû faire...<br /> <br /> Aujourd'hui, avec le recul des 50 berges, si j'ai des regrets au point de vue professionnel, pas un seul au niveau sentimental ..."Tu l'as voulu ? Eh bien tu l'as eu..." Que de la tendresse... ou des fou-rire en pensant à certains nullards...J'ai compris que si jeune, je n'étais attirée que par des histoires impossibles, c'est parce qu'au fond je ne voulais pas m'engager...Le jour où j'ai été prête dans ma tête, j'ai changé radicalement de type d'homme et j'ai trouvé... Mais tout çà, je ne l'analyse que maintenant...Et puis, adulte, j'ai toujours préféré les conversations des hommes à celles dites "de femmes" ( Pfff... on en est encore là côté clichés...) mode, mômes etc...Alors passé la surprise , je vois leur regard changer et les rapports aussi...Et si l'attirance vient après, c'est d'égal à égal, on n'est plus dans un rapport de séduction a priori...Ce qui n'empêche pas les cata et les chagrins, mais çà n'a rien à voir avec le comportement homme ou femme , juste la difficulté des relations amoureuses... Et si l'un me joue du violon, je l'écoute, plus dupe mais flattée ( surtout à mon âge de vieillerie... ) mais je lui fais vite comprendre par mon attitude qu'il vaut mieux que ce ne soit pas du pipeau...et curieusement , il arrête très vite ses belles paroles...<br /> En parlant de violon, j'ai trouvé très beau le post de Philémon et sa comparaison avec cet instrument...On ne saurait mieux dire.. Si ,si mais je rassure le monsieur, je ne chasse pas ( humour...) c'est déjà overdose dans ma tête ! :) <br /> <br /> Pour résumer, je ne vous ai jamais autant aimé messieurs que depuis que j'ai compris que vous étiez...des êtres humains comme nous... Oui, je ----->
Répondre
P
<br /> Jolie déclaration ! <br /> Et tu vas faire plaisir à Philémon !<br /> <br /> <br />
M
Ah, c'est ben vrai, ça !
Répondre
C
Cat - et des rencontres, parfois...
Répondre
C
je suis complètement d'accord avec Tazounette : choisir est le maître mot ! ça "responsabilise" et ça c'est énoooorrrme !!<br /> Il n'y a ni homme idéal, ni femme idéale, que des emmerdeurs et des emmerderesses...dont on ne peut se passer...
Répondre
T
Je suis assez d'accord avec Chou et Betty... Il faut arrêter d'avoir trop de rêves ou trop d'illusions sur le mec voulu ou désiré... restons réaliste... Le mec parfait n'existe pas, tout comme le mec idéal ou "presque parfait". Je pense oui, qu'il faut arrêter de vouloir être chassée, ou de vouloir être cueillie (comme on disait dans le temps) ça fait très démodé comme truc. Chassons, ça change un peu. On se trompte et puis parfois quand on s'y attend le moins, on trouve le mec qu'on n'attendait plus, sans répéter un schéma indéfiniment.<br /> Donc, faut arrêter de l'attendre, courrez lui après, et CHOISISSEZ celui que vous voulez, plutôt que toujours vous laisser choisir. Et rien que cette position-là, nettement plus positive, change tout. Plus de victime, si vous vous êtes trompée, c'est de votre faute et plus celle du mec, plus moyen de se plaindre... Et ça, ça change tout...
Répondre
P
<br /> Et une nouvelle chasseuse, une ! <br /> <br /> <br />