Vannes-Rennes en Ford

Publié le par PRISE DE CHOU

Il est une frontière délicate entre l'homme qui réfléchit et celui qui coupe les poils de zoute en quatre en permanence.

S'il n'est pas vain, bien au contraire, de faire travailler sa Ford intérieure et d'en utiliser toutes les options, combien pénible est l'homme qui passe sa vie dans son (plus ou moins) propre moteur.

L'auto-garagiste se contemple les circuits 24/24, s'affole du moindre cliquetis suspect, met de l'huile.

Il ne sort la tronche du capot que pour commenter son fonctionnement interne, dont il ne manque pas de tirer des enseignements universels à l'usage du vulgaire.

Chaque micro-incident mécanique est source de discours de la méthode. Dissection des causes du dysfonctionnement : Papou collectionnait les gadidés empaillés, Maminou avait une verrue plantaire qui lui causait un traumatisme esthétique et moral... répercutions sur la bonne marche de l'engin.

Le garagiste-de-lui-même a lu tous les manuels, et bien que ceux-ci s'opposent quant au code de conduite définitif et absolu, sans jamais avoir trouvé au fil des âges un moyen terme convenable pour la plèbe moyenne, il s'en repaît et étale la science des autres en la faisant sienne.

Vous êtes son concierge ? Sa petite soeur ? Son co-pilier de zinc ? Il vous fera profiter de son inestimable savoir et se penchera avidement mais sans intérêt sur votre moteur, n'y voyant qu'une pâle et ridicule copie du sien, et il vous abreuvera d'une logorrhée sans cesse recommencée sur l'exemplarité de sa mécanique interne.

Là vous vous dites. C'est quoi cette note de merde ?

Elle n'aime pas les intellos, les homos sapiens sapiens, les subtils, les psychotrophiés ?

Elle préfère les mimiles qui ont un bulot dans la soupente et qui n'ont pas dépassé la lecture du Journal de Mickey ?

NON.

(je cause ferme et direct et concis quand j'ai envie, hein !)

Il me semble seulement que nombre des individus ci-dessus décrits devrait parfois abandonner la contemplation de leur Ford intérieure pour constater qu'il existe une quantité infinie de modèles différents du leur, qu'ils ne sont donc qu'un exemplaire particulier dans le vaste monde des configurations possibles.

Et surtout, qu'ils arrêtent de nous faire chier en nous détaillant par le menu leurs tripes fumantes dont on a strictement rien à cirer.

Surtout pendant une heure, dans un train bondé, alors que tout un chacun voyage debout dans ce TER Vannes-Rennes de mes deux, collé-serré, les arpions en compote et la valise du voisin en équilibre instable sur l'épaule gauche.

MERDE.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Un bien beau voyage ma foi, surtout dans la première partie ! On se serait cru dans le métro aux heures de pointe...
Répondre
M
Ou Thonus...
Répondre
M
Ca doit être la Tonus alors...
Répondre
B
C'est pas la "Fiesta" apparemment, ah ah !
Répondre
B
tiens, ce fût la cause évidente de mon premier divorce....y'avait eu une erreur d'aiguillage.......j'ai changé de mec, il a changé de bagnole........
Répondre