40 boulevard Barbès

Publié le par PRISE DE CHOU

Ce soir, Lancelot le Divin, mon n°2, quitte son enfance.

On a tous des endroits clefs, des endroits où l'on a vécu nos premières années, et qui se rappellent à nous dans nos rêves. Moi, je rêve toujours 375bis rue de Vaugirard, Paris XVème. J'ai vécu ailleurs, des choses sans doute plus fortes, ou dont je me souviens mieux, mais mon enfance, c'était Paris XVème, et je dois avouer que j'en rêve tellement souvent que je viens renifler l'air de l'entrée quand par hasard je me trouve dans les parages.

Je regarde le carrelage, qui n'a pas changé, la cour intérieure, avec vue directe sur le voisin d'en face. Je me rappelle le salon vert, la cuisine désuète de ma grand-mère, sa chambre toujours sombre qui sent le « Nuit de Longchamp» de Lubin. Mes jeux secrets sur le tapis entre les pieds bien cirés de la table de la salle à manger...

Mais bon, on ne parle pas de moi là, mais de mon fils qui a toujours, depuis 22 ans, habité 40 boulevard Barbès, Paris 18.

Il s'en va ce soir, il vivra à Paris 19, près du parc des Buttes Chaumont.

Mais toute sa vie s'est passée là, au quatrième pour commencer, dans une famille unie et rigolarde. Et puis au sixième, quand il a grandi, dans une chambre de bonne qu'il a tapissé de posters à la con, qu'il a peint de couleurs improbables, dans laquelle il a connu ses premières amours, avec le Sacré Coeur posé comme un gros gâteau sur l'immeuble d'en face.

Quand tout a explosé, il s'est retrouvé dans la chambre de derrière, toujours au 6ème, avec vue sur les toits de Paris. Il y est depuis 3 ans.

J'ai lâché l'histoire, que s'y est-il passé ? Ca ne me regarde plus. Mais je sais que le 40 Bd Barbès restera le cadre de ses rêves. Pas le plus bel endroit du monde, mais celui que son inconscient n'oubliera pas.

Il va faire une fête ce soir avec ses potes, là-bas. Il connaît la plupart d'entre eux depuis la maternelle. C'est une grosse page qui se tourne.

Du coup, Premier, qui campe dans mon salon depuis 6 mois, déménage et reprend le petit studio.

Et pour Premier aussi, 40 bd Barbès...

 

 

 

Publié dans Hier encore...

Commenter cet article

Solveig 01/07/2009 17:59

Wouah le truc qui me mortifie et me coupe en deux à la fois (même déjà, si si !). Le moment où ils s'en vont et où tu comprends que tu as bien bossé parce que tu les as rendu assez forts et équilibrés pour leur donner envie de s'envoler, de vivre leur vie. Mais aussi qu'effectivement, ils partent et que les choses vont inévitablement changer, que tu ne peux pas retenir le temps.
J'imagine que c'est rassurant de les savoir dans des lieux connus.
En tout cas je t'envoie des blogo-baisers...
Ps Je t'imagine assez bien jouant sous la table chez grand-mère (je faisais la même chose) ^_^

PRISE DE CHOU 01/07/2009 23:16


J'ai la chance d'avoir des affectueux... alors peu me chaut s'ils sont affectueux à quelques encablures de chez moi. A la limite, j'aime mieux qu'ils soient affectueux à quelques encablures de chez
moi. Je ne les nourris plus au sein depuis quelques temps et j'aime bien être toute seule (ou accompagnée), sans eux toujours sur le paletot. Mais je les AIME d'un amour infini, of course...
Autrement, qui n'a pas joué sous la table ? Qu'il se dénonce tout de suite !!!


chou 01/07/2009 15:06

Cristo - amène une bouteille !
Mac - j'ai dit en dessous de la table, pas en dessous de la ceinture !

macaron 01/07/2009 13:48

Tes jeux secrets sur le tapis... arrête tu m'excites !

Cristophe 01/07/2009 11:00

On connaît l'adresse de la fête, ne manque plus que le digicode...