Le jour où que Simone de Beauvoir, ben elle est morte !

Publié le par PRISE DE CHOU

Levée dès potron minet, fraîche et pimpante (nooon, je rigole, bonjour la tête de veau dans la glace !), je décide de faire de cette journée une étape décisive dans la résolution de merdes stagnantes et dans la progression exponentielle de mes tâches en cours.

Ca va dépoter sa mère, j'ai le tsunami en poupe et l'appétit d'un barracuda, ma bonne Alexandra.

Je commence par traînouiller une heure sur le oueb, histoire de commencer en fanfare.

Je me douche à genoux, vu que trois tonnes de linge pendent du plaftard, promesse de fascinants échanges entre ma main droite et mon fer à repasser.

Je saute la case make up, une tête de veau maquillée reste une tête de veau (maquillée).

Et c'est parti. Couture ! J'ai promis à Haïku sa robe pour aujourd'hui, croix de bois, croix de fer, si je mens je vais à Denfert Rocherau, et c'est pas sur ma ligne, faut changer à Montparnasse et prendre l'accélérateur à ploucs, aucun intérêt.

Tiens ! Simone de Beauvoir, ma machine à coudre, fait la gueule. Elle broute c'te chèvre, saute des points, patine, renâcle... elle est fatiguée la grosse Simone, elle est vieille. Allez, tournevis et burette, je m'en vais te la lubrifier, lui revigorer les intérieurs et elle va pas fairche trop longtemps.

Je dépiaute Momone, la pomponne comme une petite reine, tout en lui prodiguant moult encouragements.

Lili passe la tête par la porte de ma chambre.

. Tu parles à qui ?

. A ma machine à coudre.

. Ah !

Je remonte l'engin et... rien. Simone est morte. Kaput, dead, défuntée. Ca me pendait au nez depuis des mois, et c'est aujourd'hui qu'elle a choisi pour partir, sans un mot, sans un soupir. RIP, pétasse !

Histoire de me calmer, je file en cuisine préparer un gratin de courgettes et un meatloaf de camionneur, pour parer à toute attaque d'étudiantes non anorexiques en provenance de Paris X-Nanterre. Ca arrive fréquemment.

Puis je m'attelle à la rédaction d'une lettre amoureuse pour Paul Emploi, qui a dû s'asseoir sur mon dossier (et qui a le fessier lourd), me laissant sans un radis.

Soudain, une illumination !

Mais j'en ai une autre, de bécane ! Angela Merkel ! Une petite teutonne achetée sur ebay il y a trois ans. Une machine de secours au cas où Simone tomberait pâle ! Où c'est-y que je l'ai mise ?

A la cave, c'est sûr.

Direction les entrailles de l'immeuble. J'ouvre la porte en bois vermoulu et constate le désastre. La cave est pleine comme une zonzon Dati. 2 ans de vie francfortienne du Sieur Premier sont entreposés là, avec des reliquats de brocantes et divers articles peu identifiables.

Je respire un bon coup la poussière ambiante, et c'est parti. Les cartons me dégringolent sur la tronche, je me nique le tibia, me casse 3 ongles.

Pas de lumière, ma lampe de poche est naze. Seule la minuterie qui pétouille toutes les deux minutes. Une épopée en sous-sol.

La cave est vidée dans le couloir. Mais d'Angela, que pouic. Kröt de Bik !

Je remets tout en place ou presque, perplexe. L'aurais-je remisée dans l'appart (pas Versailles, hein, 60 m2) ?

Je fouille une bonne heure. J'appelle « Angela ! » à tue tête. Rien. Nulle part.

A cet instant précis, malgré mon humeur équanime et mon naturel bon enfant, je sens poindre en moi l'envie féroce de décapiter un ouistiti avec les dents.

Mais pour ce faire, il faudrait que j'aille au zoo de Vincennes, c'est pas sur ma ligne et faut changer à Châtelet, où y'a aussi un accélérateur à plouc...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Solveig 28/06/2009 11:31

Quelle misére !
Et l'autopsie, ça a donné quoi ?
Et pour son voyage jusqu'à sa dernière demeure t'as prévu sobre ou plutôt fleurs et couronnes ? Sinon on peut faire un don à Singer pour la recherche non ?

PRISE DE CHOU 28/06/2009 23:42


Ah oui, la recherche contre le Singer, j'y avais pas pensé ! En voilà une idée qu'elle est bonne ! ;-)


macaron 26/06/2009 18:27

Quoi ? Marcel Amont est mort ?

PRISE DE CHOU 26/06/2009 18:29


Ouais, de la grippe mexicaine !!! ;-)


micdevil 26/06/2009 18:00

Mais je t'en prie Chandelin, je n'en n'ai point pris ombrage. Tu as trop bel esprit pour plagier, voyons. Nous avons simplememnt eu la même idée tout ausi spontanément l'un que l'autre.
Ah ! Un peu de courtoisie dans ce repaire de brigands et de brigandes rafraîchit telle une brise printanière au bord d'un lac endormi...

PRISE DE CHOU 26/06/2009 18:04


Et c'est à ce moment précis que tu lâches un pet sonore, non ??? ;-)


Chandelin 26/06/2009 16:58

J'en conviens, c'est un peu mon penchant vieille dame anglaise. Je suis du genre à me préparer mon petit lait chaud, d'y rajouter un peu d'eau de fleur d'oranger dedans, puis un sucre en morceau, et enfin de touiller en levant mon petit doigt.

Bon sang que c'est horripilant. Je m'fatigue tout seul, des fois.

PRISE DE CHOU 26/06/2009 18:04


J'avais pressenti que tu étais un garçon de forts bonnes manières... c'est si rare de nos jours, mon pôv'Monsieur ! ;-)


Chandelin 26/06/2009 15:32

@Micdevil
Je viens de me rendre compte avec effroi que je t'ai plagié le jeu de mots, sans faire attention.
Milexcuses, donc.

PRISE DE CHOU 26/06/2009 16:39


Et que je te fais des politesses... ;-)