La pelle du 17 juin

Publié le par PRISE DE CHOU

Comme tu as du le remarquer, fidèle aficionado à deux boules (mammaires ou caleçonniaires) de ce bouclard immarcescible *, je ne cause pas beaucoup dans le blog en ce moment.
Très occupée suis-je par la présence radieuse du divin Saute-Biniou, qui seul sait faire frétiller mon âme, sans compter le reste.

Nous ne nous contentons pas de nous scruter langoureusement la rétine et de nous pavaner, main dans la main, un halo en cœur au-dessus du crâne, en échangeant des propos sibyllins et définitifs du style :

  • Ma vie avec toi se nimbe d'une aura magique dans les roses orangés. Seul un coucher de soleil sur la baie d'Halong pourrait rivaliser avec cette atmosphère évanescente, en moins bien toutefois.

  • Ton amour me tue et je trépasse à tes pieds dans d'indicibles et délicieuses transes... une douleur que nul Doliprane effervescent ne parviendrait à calmer tout à fait.

  • Passe moi la moutarde, banane !

  • Ton corps est ma patrie, j'en suis le citoyen, l'éternel défenseur et le guerrier soumis (toutefois, il serait de bon aloi de ne point envisager une quelconque expansion des frontières, j'aime pas les grosses)

Etc.

Ne comptez pas sur moi pour vous dévoiler plus avant les détails sémantiques de notre liaison éminemment intellectuelle et littéraire. Marc Levy-Musso pourrait pomper et sortir un best seller : « Et si c'était quoi ? », « Et si c'était froid ? », « Et si c'était Michel Droit ? », que sais-je encore.

Ouais, donc, on n'arrête pas de faire des tonnes de trucs ensemble, et pas seulement dans la charcuterie. Subséquemment, l'écriture passe à l'as.

Mais voilà t'y pas que l'objet de mon tendre tourment est parti pour deux jours en camionnette (on est romantique ou on ne l'est pas), et j'ai quelques instants pour vous narrer l'épisode sidérant que nous appellerons :

« The Flying Spoon »

Mais ce sera pour demain, à chaque tour suffit sa benne, comme on dit dans la cité des 4000.

* Va falloir que je change de mot fétiche, « immarcescible » l'est de moins en moins, immarcescible...

 


Rien à voir, la zique, mais c'est l'un de mes immarcescibles... merde ! J'l'ai dit once again !

Commenter cet article

gicerilla 21/06/2009 08:05

Ah, ça mais... nous partageons l'amour du même mot. Cela ne saurait durer, je suis une femme exclusive. Vous pensiez au divorce, et bien sévissez, choisissez-en un autre. Nan mais ! :-)

Betty 18/06/2009 16:08

Bon sang j'ai senti un souffle glacé sur ma nuque quand tu as évoqué le risque d'un Musso-Lévy.
Ne me fais donc pas peur comme ça!

Solveig 17/06/2009 22:39

Et pourquoi tu l'écrirais pas toi le "Et si c'était quoi" ?

macaron 17/06/2009 20:44

La banane à la moutarde c'est pas terrible !

ZesteDeCitron 17/06/2009 19:58

J'aime quand tu parles d'amour tout en poésie ... l'air de rien ^^ ...