Marabout !

Publié le par PRISE DE CHOU

J'ai un rendez-vous aujourd'hui vers Barbès, Paris 18.

Comme d'hab, à la sortie du métro, assaut de vendeurs de cigarettes à la sauvette « Marlboro, Marlboro... cartouches, cartouches ! » et des nuées de mecs qui vous collent des pubs pour les marabouts locaux.

C'est d'un exotisme absolu, y'en a d'hilarants. Les mêmes termes reviennent toujours : paiement après résultat, il courra derrière toi comme le chien derrière son maître... j'en avais fait une petite chanson.

MONSIEUR FATOU – GUERISSEUR DISCRET



Avant, j’allais pas bien, pas bien, pas bien du tout

Plus envie de plus rien, j’étais au fond du trou

Plein d’problèmes à résoudre, un cas désespéré

Toute une vie à recoudre, un cœur à rapiécer

J’ai app’lé M’sieur Fatou, il a saigné une poule

Un truc de marabout, de medium, de maboule

Y’avait du sang partout, j’ai failli dev’nir barge

J’ai tenu jusqu’au bout, mais j’en menais pas large

Maintenant tu cours, cours derrière moi

Comme un toutou après son maître

J’ai eu mon permis en une fois

Et je crains plus la grippe aviaire

 

Monsieur Fatou est noir, il habite rue Custine

On peut le voir le soir quand il rentre de l’usine

Dans son petit studio, y’a des odeurs bizarres

Des grigris, des gogos, et un sacré bazar

C’est le plus grand sorcier de la jungle africaine

Il peut même léviter quand il se donne la peine

Il porte un grand boubou, il a des dents en or

Sur ses colliers vaudous, y’a plein de têtes de mort

Maintenant tu cours, cours derrière moi

Comme un toutou après son maître

Je n’ai plus jamais mal au foie

J’ai grandi de 3 centimètres

 

Monsieur Fatou fait tout, l’impuissance sexuelle

Les allergies aux poux, il soigne les écrouelles

Je le paye comme je peux, après le résultat

En nature, en pneus, voire même en CFA

Il garde ta photo au fond d’une petite boite

Avec un os de veau et un bout de seiche moite

Comme ça tu m’appartiens, que tu le veuilles ou non

Je siffle et puis tu viens, c’est con mais c’est trop bon

Maintenant tu cours, cours derrière moi

Comme un toutou après son maître

Je n’ai plus de problèmes de poids

Mais j’ai toujours plus rien à m’mettre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Charlotte Corday, après avoir réalisé son oeuvre, mit le feu à la maison (aucun livre d'histoire ne le mentionne, c'est resté secret). Satisfaite du spectacle elle s'écria : ah ! ah ! ah! Marat bout !
Répondre
P
<br /> Saint Just ! J'avais oublié ce détail hautement historique... ;-)<br /> <br /> <br />
M
Puisque le Mac est maraboutable et marabouté, pourrais-tu demander au grand sorcier de lui apprendre à ne plus foutre du yaourt partout sur les gens ? Ca serait tout de même un peu plus convenable et civilisé !
Répondre
P
<br /> T'as peur de te prendre un Yoplait la prochaine fois ? Des fois qu'on se mare à bout d'table ?<br /> <br /> <br />
M
Si ton marabout pouvait me dire où est passé mon fichu collier de nouilles de l'année 2002 sur lequel je n'arrive pas à mettre la main et que mon fiston me réclame à corps et à cris !
Répondre
P
<br /> Hélas, comme dit Mac, c'est un voyant ivoirien ! Il ne te reste qu'à te mettre à la tâche, nuitamment et de confectionner un double en coquillettes bio... ni vu ni connu.<br /> <br /> <br />
M
Je me souviens d'une pub dans un gratuit pour un grand voyant ivoirien !!!
Répondre
P
<br /> C'est lui, c'est mon marabout perso. Efficace et discret !<br /> <br /> <br />
M
Ah c'est donc ça... tu m'as marabouté !!!
Répondre
P
<br /> Ben tiens ! Comment aurais-je pu autrement retenir l'attention du décoiffeur de bigoudens, du sémaphore des halles, de l'appolon bilig, de la super marmule des plages... hein ?<br /> <br /> <br />