Culotte bouffante

Publié le par PRISE DE CHOU

J'ai pas d'idées d'article... ou plutôt j'en ai plein de petites.

Après une séance de shopping hier, car oui je suis une gonzesse, faut bien que j'habille mon corps de rêve, que je me drape de voiles soyeux et translucides que viendront caresser les vents aquilins west coast ce week end, j'ai pensé vous relater une expérience traumatisante vécue dans les salons d'essayage de Zara. Il aurait fallu pour ce faire que je repeigne à nouveau mon blog en rose chiottes, j'ai pas le temps, même pas l'envie.

Je vous la fait brève. Mon indignation est à la hauteur de la gravité de l'évènement.

Ces trouducs de stylistes, ne sachant plus quoi inventer, nous ont ressorti le bloomer !

Pour les filles de ma génération, le bloomer est un souvenir cuisant, lancinant, qu'on a mis des années à occulter à force de mouchoirs par dessus.

C'est quoi un bloomer, demanderont les bienheureuses qui ont échappé à cette honte.

C'est une culotte bouffante, ma chérie. Un short resserré sur la cuisse dont le port nous était imposé à la gym, de peur que les garçons n'entraperçoivent quelque détail de notre jeune intimité à la faveur d'un saut en hauteur ou d'une grimpette à la corde à noeuds. Si les lianes supportaient sans trop d'inconfort ces bambinettes ridicules, les rondelettes (dont j'étais à l'époque), souffraient le martyr. Outre le préjudice esthétique flagrant, cet accoutrement de torture nous sciait les jambonneaux cruellement et nous quittions les vestiaires marquées pour la journée de striures rouges en haut des guitares, laissées par les élastiques impitoyables.

Et bien ils l'ont fait. Le bloomer, c'est top fashion, cet été, avec le sarouel, si tu veux tout savoir, qui donne l'impression que la plupart des filles sont sous Alli et qu'elles font des provisions entre deux pauses wawas.

J'ai donc vu chez Zara un petit boudin très en chair, plutôt mignonne d'ailleurs, s'affubler de sa culotte bouffante et se mirer les miches dans la glace, très self admirative, alors que le machin la faisait ressembler à la fille de Léa Glouton et Marcel Ulite. Un massacre.

Le pire, c'est que, très copine-de-cabine, elle m'a demandé mon avis. « Vous en pensez quoi ? C'est cool, non ? ».

Faut répondre quoi, là ? « Enlève-moi ça tout de suite, ça te fait des cuisses en rillettes !». J'ai pas eu le courage. J'ai refait mon truc de la rosbif qui cause pas la France et qui pige que pouic, et je me suis éclipsée rapido. C'est lâche, je sais...

Autrement, je voulais vous parler cinoche, mais j'ai plus le temps. Une autre fois peut-être.

Et pi oui, y'a aussi les Pretenders qui passent à l'Elysée Montmartre fin juin...


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Chriss 20/05/2009 23:11

Bah, c'est trop moche ce truc ! J'en veux meme pas.
Bon week end vous deux !
bisous

PRISE DE CHOU 22/05/2009 19:22


T'en auras pas, promis !


S. 20/05/2009 22:17

En même temps difficile de lui dire : "Ben là ma petite t'as vraiment l'air d'une bonite". Alors mieux vaut filer à l'anglaise.
Have a nice West Coast WE....
Cheers :)

PRISE DE CHOU 22/05/2009 19:22


C'est dur le copinage de cabines, parfois !


micdevil 20/05/2009 21:47

Ben Mac, t'auras qu'à lui bouffer la culotte et pi c'est tout...

PRISE DE CHOU 22/05/2009 19:22


As usual...


macaron 20/05/2009 19:49

J'avoue que je suis un peu déçu... je me faisais une joie de te découvrir en culotte bouffante demain à la descente du TGV...

PRISE DE CHOU 22/05/2009 19:21


Bon... puisqu'il faut faire un effort. Je ressors mon vieux bloomer de CM2 !