Le retour de Serpillère

Publié le par PRISE DE CHOU

Après les Serpillères d’Or, les Serpillères d’Or du deuxième type. Enfin, serpillères pour les filles, faut trouver une autre dénomination pour les velus.

Vous l’avez compris, bande de vicelards perspicaces, il s’agit de choisir trois films extrêmement troublants, mais pas classés X. Parce que le porno, ça n’est pas troublant, c’est mécaniquement excitant et l’on se souvient rarement de tel ou tel moment du chef d’œuvre avec émotion. « Aaaah ! La scène ou Joe Marmulito déboulent (il en a 2) à la piscine et saute la maîtresse de maison, sa fille, et puis la bonne, le maître nageur et le labrador… j’en ai encore des vibrations dans le sloggy ! ». Rare.

Tiens, SLOGGY, c’est pas mal, on va garder.

Mais c’est difficile, y’en a des caisses, de troubles sur pellicule. Alors aujourd’hui, là tout de suite, je pense à

SLOGGY de Bronze – SHAMPOO

Punaise, ça a vieilli ! Bonjour les looks et les coueffures ! Mais c’était mon premier véritable Sloggy. Le fondateur. Je me souviens d’une scène très chaude et parfaitement explicite dans un jardin entre Julie Christie et Warren Beatty. La jeune cruche que j’étais s’est dit qu’elle avait des choses à apprendre et qu’elle avait assez hâte de se mettre aux études, avec autant de profs qu’il serait nécessaire.

SLOGGY d’Argent – STALINGRAD


Fantasme personnel, l’amour en danger, furtif et intense. Là, c’est sous les bombes avec Jude Law, érotomètre au maximum…

SLOGGY d’Or – BODY HEAT

On a chaud tout le temps dans ce film, on transpire en permanence. William Hurt, que je vénère des deux seins, a vaguement une tronche de jerk, mais le couple qu’il forme avec Kathleen Turner est explosif. Rhhaaa, la scène où ils prennent un bain avec glaçons pour tenter un rafraîchissement de leurs corps incandescents, et leur première rencontre, et… j’arrête et je fouille dans mes vieux DVD !

Et vous donc, jeunes gens. C’est qui qu’a le plus beau Sloggy ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Pas bien sûre d'être dans le thème... mais un film qui m'a troublé à l'époque c'est "La piscine" avec Alain Delon, Romy Schneider et Jane Birkin..<br /> Si je suis dans le thème, je t'en trouverai deux autres.<br /> PS : bien vu ton changement de look (enfin celui de ton blog).
Répondre
P
<br /> Tu y es pile poil (si je peux dire !)<br /> <br /> <br />
M
Je crois que je vais retomber sur les mêmes films moi. Le père Noël est une ordure : quand Zézette mange ses huitres... nan allez je déconne, celui là je vais le faire serieux !
Répondre
S
Pour moi le Sloggy d'or revient à "Fatale" de Louis Malle avec une Juliette Binoche incandescente et un Jérémy Irons dévastateur.<br /> "Infidèle" avec Diane Lane et Olivier Martinez qui me fait tomber par terre rien que par la force de son regard.<br /> 9 semaines 1/2 me parait culte, mais il y a aussi "l'Ennui" avec Charles Berling et Sophie Guillement, une drôle de passion amoureuse...
Répondre