La minute de Ménie - Miss Rainette

Publié le par PRISE DE CHOU

C’est une jeune quarantenaire belle à tomber par terre (j’ai les photos, 15 € le cliché, me contacter), à l’évidence munie d’un cortex en parfait état de marche avec légion de neurones frétillants, d’un solide sens de l’humour et des réalités, etc. Y’a toutes les options sur le véhicule.
Tout le contraire du bivalve discopouffe avec une langue de veau en guise d’encéphale, qui reste vautrée dans son canapé en peluche rose en s’étonnant de la recrudescence de pénurie niveau mec de la haute à cheval dans les environs immédiats de son coquet HLM.

Miss Rainette, elle n’a pas de mec. Déjà, c’est rasoir. Un mec, c’est bien comme compagnon de jeu, c’est même idéal. C’est fou ce qu’on peut s’amuser avec un velu, de jour comme de nuit. Les variations distrayantes sont infinies, à deux.

De plus, le mâle est naturellement doté d’équipements divers qui rendent à la femelle la vie plus belle, plus facile, plus fun. De l’ouverture de bocaux récalcitrants à la brouette bantoue, la démonstration de l’utilité intrinsèque d’un marmule n’est plus à faire.

Mais bon, quand y’a pas, on peut faire sans quand même. C’est moins gai, on se débrouille autrement et voilà… du moment qu’on a des amis.

Et là, stupeur, la sublime Rainette n’en a guère, ou ils sont éparpillés aux 4 coins de France façon puzzle. Dans le voisinage, quelques relations distendues et peu fiables.

Elle en a marre, la grenouille, de donner, donner, et si peu recevoir en retour. Alors elle ferme sa porte et avale sa solitude, qui lui reste bien entendu en travers de la gorge.

Danger ! Qui dit fermeture des ouvertures, dit arrivée d’une odeur de moisi, propice à la naissance de l’aigreur.

Je ne vais pas me lancer dans un panégyrique de l’amitié, et enfiler les perles sur un fil en pur poncif. Mais si je pense que l’on peut survivre sans amour, même si c’est pas fastoche tous les jours, sans amis, c’est juste suicidaire.

On est des animaux sociaux, faut pas rester tout seul, et même si on a parfois l’impression de se faire léser avec un grand B, ben tant pis, on y va quand même.

Et puis oui, je crois qu’on peut se faire des amis à tout âge. J’ai des inaltérables depuis plus de 30 ans, auxquelles je ne saurais jouer de pipeau sans me faire renvoyer en touche avec carton, mais chaque nouvelle rencontre amicale que je fais aujourd’hui est un pur bonheur. On ne sait pas jusqu’où ça ira, si on deviendra intimes ou simplement potes, mais qu’importe ! C’est chaleureux et touchant et puis on se marre !

Madame Rainette, tu vas m’ouvrir cette porte et cette fenêtre et ce cœur, s’il te plaît !

C’était la minute de Ménie G., psychoterrasseuse, enfonceuse d’huis béants.

Commenter cet article

chou 21/04/2009 20:33

Mac - oh ouuui ! Un article !

Macaron 21/04/2009 19:02

Je me rends compte du retard que j'ai dans les commentaires... tu écris plus vite que ton ombre. Là je commente pas, je vais faire un article !

chou 20/04/2009 15:32

Soph - bon, tout n'est pas perdu, alors !
LN - mes 2 plus vieilles potes, ça fait 35 ans que je les connais, et je les aime archement fort (et c'est réciproque, j'en suis certaine). Le problème avec les vieilles potes rencontrées à l'adolescence, c'est le mec qu'elles rencontrent ! Pas toujours ton premier choix à toi. J'ai eu du bol, l'un des maris et top moumoute, et l'autre a pris la tangente ! Tou va bien (ou presque !)
Miss R - OK, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, c'est pipeau premier, mais merde, y'a quand même des gens qui valent la peine sans qu'il soit besoin de se forcer ! Merdalor !

Miss Rainette 20/04/2009 15:16

Eh bien !!! Je te propose le poste d'attachée de presse ;-) Entre les foulards bleus et ma petite personne à promouvoir, il y a un peu de boulot !
Il faut que je m'y mette aussi, mais j'avoue que je vais le faire sans grand espoir que cela débouche sur du solide...Je vais refaire des dinettes, ouvrir ma maison. Les histoires d'amitiés ça ne se trouve pas non plus sous le sabot d'un cheval. Ce n'est pas parce qu'on veut des amis qu'on en trouve. J'avoue aussi qu'il y a des tas de gens que je croise avec qui je n'ai pas envie de passer plus de temps que ça. Bref, je trouve que même pour l'amitié, ça devient compliqué, et si c'est compliqué, si il faut développer des stratégies pour y arriver, si il faut faire les choses exprès, ben, c'est comme pour croiser un homme : ça me gave. C'est résolument à l'inverse de mon tempérament.

Hélène 20/04/2009 14:30

C'est terrible Chou mais c'est un peu çà...Je m'y attendais plus en amour, ce qui est idiot effectivement...Mais c'était à l'âge des grandes copines - amies pour la vie...J'ai dépassé ce stade et je crois que je ne me pose plus ce genre de question...prudence de sioux partout...:)