Spider vs/Saute-Biniou

Publié le par PRISE DE CHOU

Saute-Biniou est désespéré (enfin, c’est relatif). Il a paumé la moitié de ses lecteurs, voire plus.

Spiderman est collé au plafond. Il n’a jamais eu autant de fréquentation sur sa toile.

Y’aurait-il eu transfert d’un blog vers l’autre ? Et comment ? Et pourquoi ?

Voilà deux fringants cinquantenaires aux styles radicalement différents.

L’un foutraque, primesautier et volontiers pouet-pouet camion, l’autre cérébral, rêveur et un rien compassé (en un seul mot, je précise). Je caricature à coups de hache, mais en gros, c’est un peu ça quand même.

Si l’on se livre à une pointilleuse analyse de 10 secondes, on se rend vite compte que sur les blogs masculins, le lectorat est très majoritairement féminin.

On se lâche franchement sur un blog, et quel plaisir pour une femme d’aller renifler de près un mâle qui se met à poil sur la toile, alors que ces messieurs restent très discrets, pour la plupart, sur leurs pensées intimes dans la vie courante.

Je suis persuadée que beaucoup de filles fantasment sur certains blogueurs. Je ne jetterai pas la première pierre, Saute-Biniou, c’est d’abord ses délires qui m’ont séduite, le reste est arrivé ensuite. Non, le fait qu’il soit absolument canon, qu’il ait le sourire qui tue et qu’il soit d’une humanité fondante, sans parler du reste, n’a rien à voir à l’affaire… quoi, mon tarin s’allonge ?

Bref, nous voilà embarqués dans une histoire, et comme de plus, le garçon n’est pas un handicapé des sentiments, il se met à les exprimer urbi et orbi, à les écrire en long et en large dans ses colonnes.

La lectrice fantasmeuse se trouve fort marrie, déçue, trompée, presque. Il ne parle que de l’autre, cette pétasse, et ça devient lassant. La jalousie pointe son vilain nez avec son pote le dépit. Elle vient encore un peu, de temps en temps, au cas où tout ça se casserait la gueule, ce qui serait tout de même réjouissant, gnarf gnarf. En attendant, elle se cherche un autre objet du désir.

Et regardez donc qui est là ! Mon Spider, emmitouflé dans ses brumes de spleen, qui brame sa soif d’aimer dans un océan de solitude. Il est beau, fier, arc-bouté cheveux au vent (enfin ce qui en reste !) contre les mauvaises bourrasques de la désespérance. C’est d’un romantisme affolant. Toutes chez Charles-Edouard !

Ou ailleurs... Mesdemoiselles, je vous conseille Sabrégoupillon, qui trône également comme un pacha dans un gynécée mélodique d’adoratrices béates. Comment il biche, l’ami Philarmorique avec toutes ses groupies en pamoison !

Ou Scotchinou, qui est en RTT en ce moment, pour celles qui aiment les blagues grassouillettes, la musique de sapeurs-pompiers et les troisièmes mi-temps rugbistiques.

Ou Quidam Lambda, pour les matheuses avec ou sans H, engagées politiquement à gauche et que la perspective de soirées à discourir de l’influence des bosons de Higgs sur la céphalée des bovidés ménopausées plonge dans des transes érotiques.

Ou… mais y’en a pour tous les goûts ! Le marché est vaste, infini, planétaire.

Euh. Je me suis laissée aller, là. Je digresse, je digresse, et ma bafouille n’a plus ni queue ni tête. Tant pis.

Une précision tout de même. Je comprends fort bien que les lectrices de Saute-Biniou aient mis les voiles. Si l’objet de mon blogfantasme passait sa vie à vanter les qualités (l’amour rend aveugle) d’un improbable légume, je me sentirais atrocement lésée et je partirais, tête haute et cœur en charpie. Ah les hommes, ils nous font tant souffrir, ma brave dame, même virtuellement.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
C'est plus un blog, c'est un site de rencontre !
Répondre
P
Spid - tu vois ! Tu peux me remercier... ;-)<br /> Sainte Bicouche - j'arrive !
Répondre
S
Reviens Chou, ta boite à com va exploser !!!
Répondre
S
Reviens Chou, ta boite à com va exploser !!!
Répondre
A
c'est ça continue à te foutre de ma gueule..<br /> mais ta pub est bénéfique!<br /> bises orageuses
Répondre