Oh, comme c'est joli... merci, hein !

Publié le par PRISE DE CHOU

Depuis quelques temps, je reçois de beaux cadeaux. Pas forcément chers, mais « pensés », choisis rien que pour ma pomme et conformes à mes goûts perso.

Ca n’a pas toujours été le cas, loin de là.

Cagolex ne connaissait pas la date de mon anniversaire ni celle de Noël, et quand par miracle il s’en souvenait, le résultat des courses était proprement affligeant.

J’ai eu droit à :

-        une mini-thalasso des pieds

-        un sac immonde en pur plastique vert et bleu

-        une « parure » criarde et ultra toc, collier de rombière et boucles d’oreilles (pour oreilles percées, et je n’ai pas les oreilles percées).

-        Un robot mixeur et découpeur de carottes en tranches qui prenait la presque totalité de mon plan de travail dans la cuisine

Et quelques autres joyeusetés que je me suis empressée d’oublier et de perdre.

Dur dur de faire bonne figure en recevant ces merdes de la part du mec qu’on aime, et qui accompagne le truc d’un petit mot écrit de sa douce main : « Pour Danièle », alors que mon nom s’orthographie avec deux L…

J’avais d’ailleurs failli le plaquer tout net au premier présent qu’il m’a fait.

Nous étions ensemble depuis quelques semaines.

J’étais partie passer Noël en Angleterre.
A mon retour, sur le quai de la gare, Cagolex ! Joie ! Posé à ses pieds, un énorme paquet cadeau. Re-joie !

Nous rentrons at home, nous jetons l’un sur l’autre et une fois les choses plus calmes, je demande d’une petite voix de faux-cul :

-        Je peux ouvrir mon cadeau ? 

-        Bien sûr ! Je suis sûr que ça va te plaire, c’est comme ça que je te vois, moi.

Banzaï, je dépiaute le machin et me trouve face à face avec un gigantesque faon en peluche qui me fixe de ses yeux de billes idiots. Attention, pas de la peluche qui tue, plutôt le genre râpé fête foraine, quant tu as cassé trois pipes ou un canard.

Premières réactions : qu’est-ce que c’est que cette (grosse) merde ? C’est une plaisanterie ? Il doit y avoir autre chose au fond du paquet, c’est pas possible ! C’est pas comme ça qu’il me voit, quand même ? J’ai horreur des peluches et de tous les trucs mous et encombrants, il le sait ! Où je vais mettre cette saleté qui défigure mon studio ? Qu’est-ce que je vais lui dire ?

Désespérée mais amoureuse, j’ai fondu en larmes… c’était du vrai désespoir, mais il a pris ça pour de la joie.

-        Je savais que ça te plairait, je l’ai choisi avec Maman !

-        Ouuuiiiinnnn…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Macaron 27/02/2009 10:03

Ah non, ça m'empeche pas de prendre ses jambes à mon cou !

catounouche 26/02/2009 22:08

non seulement l'amour rend aveugle mais il nous fige sur place et nous empêche de "prendre nos jambes à notre cou"...

chou 26/02/2009 07:34

Louise - et oui, la phrase qui achève !

Louise 25/02/2009 14:21

C'est surtout la dernière phrase qui fait peur!

chou 24/02/2009 19:02

Mc - certes, mais quand le prémonitoire ferme sa gueule pendant 25 ans, je dis, ceci est un prémonitoire discret !
Phil - ooooh, mon biquet, toi aussi tu n'as pas été submergé ! Tiens, pour te consoler, binouze jeudi ! ;-)
Audrey - putain ! Un épilateur !!!!
Chriss - voui, mais j'étais amoureuse et je ne regrette point.
Mac - si ça fait plaisir et que ça débarrasse !
Quid - pas de théorèmes niveau cadeau... c'est dur pour les matheux, hein !
Ptiluc - bonjour, l'autre ! Sartrouville ! Pourquoi pas Lamotte Beuvron ! ;-)