Bande de ptits salopards !

Publié le par PRISE DE CHOU

Ce matin, levée au son du clairon, j’ai enfilé mes rangers et mon treillis, me suis barbouillée la trogne à la suie, puis j’ai rampé dans le caniveau jusqu’à la Gare d’Asnières.

J’ai pris le train Dassault, le métro en rafale jusqu’au QG Exelmans. Là, on m’a collé un casque, enfermée dans une casemate, et sommée de soutenir de ma voix la plus autoritaire les troupes engagées sur le terrain virtuel d’un wargame à la con.

-        En avant, Messieurs, soyez sans pitié !

-        Prenez un brancard et amenez le blessé sur la zone d’exfiltration !

-        Mission accomplie, les gars ! L’ennemi est à genoux ! Bravo !

-        La mission est un échec, tous nos hommes sont morts.

-        Tenez bon ! L’hélico arrive dans deux minutes

Et autres joyeusetés. Sur la fin, une réplique a tout fait péter.

-        Les mercenaires résistent, poussez plus fort…

-        « … Captain Fuca ! » a cru bon de compléter l’ingé son, badin !

C’est couillon, mais un fou rire irrépressible m’a saisie, puis le D.A. et enfin le fauteur de trouble lui-même.

La bataille avait été rondement menée jusqu’ici, mais les dernières exhortations au massacre ont été sacrément ardues à mettre en boite. Commando décimé… tous morts de rire ! Du même coup, le sondier s’est auto-affublé d’un sobriquet qui va longtemps lui coller aux fesses.

Captain Fuca ! Mououahahahaha !

Une fois démobilisée, je suis allée rejoindre mon pote Jendive au Diable des Lombards.
Ne sortons pas de l’ambiance militaria. Jendive, avec sa haute stature, ses cheveux blonds ultra courts et ses yeux ultra bleus a figuré dans tous les films d’occupation de ces dernières années. Il est LE soldat allemand qu’on s’arrache. Il en a ras la casquette d’ailleurs et vient de refuser trois jours de tournage qu’il devait passer dans la boue, l’œil terne… soldat allemand mort. C’est moyen comme rôle pour un comédien volubile !

En passant, il y a fort longtemps que je n’étais allée au Diable, si souvent fréquenté dans ma période « Raoul ». Le décor est intact, mais la bouffe est en chute libre. La crise touche l’enfer aussi ?

En rentrant par Châtelet, j’ai eu droit à mon quart d’heure de poils au garde à vous… l’orchestre russe et ses chanteurs « armée rouge ».
Une bien belle journée sous les drapeaux, ma foi.
Rompez !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Mac - quelle honte... et quel plaisir ! J'adore le boxon !
Répondre
M
Ah ben tiens c'est comme chez moi, le Micdevil y fait rien qu'à foutre la merde partout ! Et pis la Catounouche qui s'en mèle maintenant !
Répondre
C
Mais c'est quoi ce boxon ??? Je vous cause armée et ça vire au salace... Pas moyen d'être sérieux 5 minutes ! Non mais, je te jure ! Merci Devil, on peut compter sur toi pour semer la dépravation dans les sphères les plus chastes et les plus pures.
Répondre
C
Eh ben, c'est quoi cet appel à l'orgie que je trouve au réveil ? <br /> Comment voulez-vous que je parte bosser après vous avoir lu ce matin ? Faut pas me retourner les sens comme ça ! C'est dangereux !
Répondre
C
aimez-vous aussi les uns les autres et gare aux bites molles ! chiffons, chiffonnettes, chiffonnons-nous gaillardement !
Répondre