Le bras plat

Publié le par PRISE DE CHOU

Je viens de passer 15 jours extraordinaires.

Pas que du bonheur. Des rires, des sourires, des soupirs et des larmes aussi.

Mais la vie prend une autre dimension quand on aime.

Et il était là.

La vie est différente quand on aime (et toc, je me répète déjà). Plus intense, plus aventureuse, plus drôle et plus triste.

Je ne vais pas raconter les détails, ça ne regarde personne ou peu de personnes.

Mais je vais juste essayer de lister quelques moments forts et quelques moments à la con.

-         Se réveiller avec un bras tout engourdi et tout « plat » après s’être endormi illico dans les bras de l’autre, après.

-         Avoir vu des films – 1 top bien « Le Bal des Actrices », 1 sur lequel on n’est pas d’accord « Benjamin Button », il a aimé, moi je vomis Brad Spit et j’ai failli m’endormir 3 fois, 1 anecdotique « Envoyés Séciaux » où il y a une bonne scène de baffes et pi c’est tout

-         Les changements de lit tous les soirs pour cause de non disponibilité d’habitat perso. Avec la générosité d’une Galette et d’une fillotte cromignonne.

-         Le concert de Cassis et celui d’Audrey (les photos viennent)

-         Les repas à la pizzeria de la Porte de Vanves (merci… 2 kilos !)

-         Le vouikende adorable et délirant chez les sœurs Goadec à Evreux

-         Les signes de destinée qui foutent un peu les jetons. Le 13, la ressemblance qui me relie à celle qui s’en va…

-         L’envie de prendre la douleur de l’autre, pour l’aider à la porter, et bien sûr l’impuissance à calmer cette douleur

-         L’indifférence coupable aux affaires du monde.

-         La négligence envers les obligations quotidiennes

-         La découverte tardive de la couleur incroyable de ses yeux dans un troquet vers la Gare Montparnasse cet après-midi

-         Une démonstration de « Téléphoner Maison » que je vous le ferai en photos pour faire montrer.

-         Un au revoir je-sais-pas-comment-abréger mais sucré sur un quai de métro

Punaise, ça se confirme, je l’aime.

Bon, je ne suis pas la première. Sûrement pas la dernière. Mais c’est ça la vie, et ma vie, aujourd’hui, elle est foutrement vivante !
Demain matin je le tiendrai dans mes bras et j'essayerai de lui transmettre toute la tendresse et l'amour qu'il m'inspire dans l'épreuve qui l'attend. Ce sera virtuel, ou pour le moins à
distance, mais je serai là. Je l'aime.


Découvrez Ten Cc!
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Moi pareil comme toi
Répondre
M
Cool ! <br /> Tout à l'heure, dis-lui qu'on pense à lui...
Répondre
C
Mais t'es con toi de me faire pleurer dès le matin ... J'aime comme tu sais dire ton amour. C'est beau et si émouvant et moi j'ouvre les vannes. Je pense à toi, à vous. Je t'embrasse
Répondre
P
Ben vi, ma grande, c'est ce qju'on appelle l'mour, une successsion de petits riens qui font un grand tout. Bisous à toi et pensées au marin d'eau douce.
Répondre