J'ai le dos large

Publié le par PRISE DE CHOU

J’ouvre mon tiroir de dessous.

C'est pas la joie. De vieux trucs qui furent jolis quand ils étaient beaux, y'a un bout de temps. Et puis des machins commandés sur le net qui sont choucards dans le tiroir mais beaucoup moins sur ma petite personne.

C’est plus possible, cette affaire. Autant je me contrebalançais de la lingerie quand j’étais plus jeune, autant maintenant j’ai du mal à me promener avec des ensembles dépareillés, des pèse-mous déglingués ou qui me compriment la mamelle. Même si nul ne voit, même si personne n’en profite, que moi.

D’ailleurs j’ai remarqué lors de mes dernières expériences amoureuses que les mecs (enfin ceux que j’ai croisés plus ou moins brièvement) se tamponnent généralement le coquillard de la façon dont la marchandise est empaquetée, c’est ce qui est à l’intérieur qui les intéresse. Ils ne prennent pas le temps de regarder, occupés qu’ils sont à batailler avec le fermoir pour se débarrasser de l’obstacle.

Est-ce une raison pour adopter la culotte XXL en pilou-pilou et le soutien-gorge à baleine de cachalot ? Non. Je m’y refuse.

Hop, magasin !

J’évite soigneusement Princesse Tamtam, terriblement tentateur mais au delà de mes moyens en ce moment, et j’entre tête haute, conquérante, chez Monoprix. Il faut savoir accepter sa paupérisation avec panache !

Y’a des trucs pas mal. Je grappille quelques articles dans le rayon et me faufile dans la cabine d’essayage.

Caramba ! Niveau roberts, rien ne va ! Je fais pourtant la même taille depuis la disparition des dinosaures… qu’est-ce à dire ?

Soudain, une idée lumineuse se fait jour dans un coin de mon cortex. Et si j’avais changé de taille !

Une seconde idée point dans la même zone cérébrale (deux idées en une journée, va falloir que je me couche de bonne heure ce soir, sinon, ça va fumer sous la calebasse) : et si j’essayais la taille au dessus !

Sitôt dit, sitôt fait.

Joie ! Bombance ! Ca marche ! Tout me va !

J’ai pris une taille en soutif ! Mes œufs au plat ont décidé tardivement une montée en neige.

Je sors du Monop’, fière comme un bar tabac, boostée par cette croissance inattendue en temps de crise. Je ne suis pas loin de me pavaner comme une Pamela Anderson on the beach.

C’est alors que dans un flash de lucidité, j'entrevois la triste réalité. Je n’ai pas changé de taille de bonnet, c’est toujours du B, mais je suis passée du 85 au 90, ce qui signifie simplement que j’ai le dos plus large.

Côté face, c’est toujours la Beauce… pfff !


Découvrez Jacques Brel!
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Mac - oui, au moins pour un temps... passée la date de fraîcheur, avec ou sans dentelles, c'est la mouise !<br /> Chriss - qu'est-ce que tu viens draguer le mâle jusque chez moi, toi ??? ;-)<br /> Mac - Grrrr... pars vite et reviens tard ! ,-)<br /> Lou - c'est à l'insu de mon plein gré !
Répondre
L
Félicitations !
Répondre
M
Tant mieux, j'aime bien voyager !
Répondre
C
Très fort, comme d'habitude. J'ai bien ri !<br /> Mais je crois que les hommes ils regardent quand même l'emballage. Et pis y a certains cadeaux qu'il faut mieux pas déballer...<br /> Et je confirme, j'ai fait aussi le tri dans mes tiroirs... adieu les culottes de grand-mère et de Bridget, bonjour les guêpières, les bustiers, les balconnets, les boxers, les tangas, les strings...<br /> Reste plus qu'à trouver le Mec qui en profitera !
Répondre
M
arachnée : Quand tu dis : une femme en dessous sexy est plus "belle" que nue, au moins pour un temps! Moi je dis, ça dépend des modèles.
Répondre