Genèse du Moulduc

Publié le par PRISE DE CHOU

J’étais prête hier à ajouter un dimanche mou au samedi mou que je venais de vivre avec intensité. Quand on est molle, on ne compte pas.

Un coup d’œil timide dehors m’avait démontré que l’hiver était bien là. 0° sur la fenêtre de la cuisine et des flocons souffreteux et grisonnants poussés par un vent vicelard, glacé. On était à la limite du caribou au coin de la rue.

C’est pas que j’aime pas l’hiver, mais mon corps a tendance à mal supporter. Je me schtroumpfise à la moindre baisse de température : mes mains, mon nez et mes genoux virent au bleu, je frissonne de la colonne, mes yeux bouffis pleurent des rivières. Faut le gros équipement pour sortir : thermolactyl Babar, lainages en multi-couches et pneus neige, parce j’ai la fâcheuse habitude de me rétamer dès que ça glisse au pays des merveilles.

Mais ma fille, harnachée de pied en cap des 10h du mat’, s’est plantée devant moi, bras croisés et regard guerrier.

-         Dis donc, Mémère, faudrait voir à te secouer la couenne ! T’es pas sortie hier, je te sens mal partie aujourd’hui, si tu t’aères pas plus que ça, tu vas finir par sentir le moisi. Et puis je te signale que tu es mère célibataire d’une enfant qui a soif de connaître le monde, les grands espaces, les vibrations de l’humanité en marche. Sortons et montre moi les rouages du destin de ta main douce et maternelle. En plus y’a pratiquement plus rien à becter dans le frigo !

-         Gneuuuh… bon, si tu veux, on se fait une toile place de Cliche. Paraît que « The Visitor », c’est superbe.

-         Non. Pas question. On va voir « The Duchess », 12h45 Pathé Wepler. Essaye de te faire une tronche sortable, j’attends.

-         Mais pourquoi ce film-là ? Ca m’a l’air d’une niaiserie incommensurable !

-         C’est anglais, c’est historique, c’est bien pour mes études de Civilisation Britannique.

Faut dire que depuis qu’Alice  étudie le rosbif à la fac, elle est devenue plus royaliste que Peillon. Elle boit des gallons de thé, elle fustige ces petits camarades de cours qui auraient la mauvaise idée de choper un brin d’accent américain, elle enrage que je refuse de devenir Mme North, un beaup briton, elle trouverait ça top whi-whig. Certes elle a de qui tenir, mais ça prend des proportions inquiétantes.

En route donc pour le 18ème (siècle et arrondissement), pour la duchesse Chépukoi, un film de Chépuki avec Keira Knightley (icône anorexique du swinging London) et Ralph Fiennes, qui a de beaux yeux, tu sais !

C’est bien la barbe. Ralph joue le rôle du méchant Duc, appelons-le Trou, qui fait des malheurs à sa meuf  parce qu’elle n’arrive pas à lui pondre un lardon mâle.

Et ça dure, et ça dure. Et que je te fasse des gros plans interminables de Trou Duc et Chépukoi, ça s’étire en longueur, mais guère en profondeur.

J’ai dû m’assoupir à un moment, Lili m’a lancé rageusement son coude dans les côtes. On est ressorties du champ de navets totalement ensuquées.

Pour nous revigorer, nous avons décidé d’aller nous taper une moule-frites au Carolus, bar à bière très connu de nos services.

C’était bon, faisait chaud, on a tout mangé et on est reparties avec les doigts puants.

En rentrant, j’ai bidouillé un tout nouveau chapeau, que j’ai dénommé « Moulduc ». On verra s’il a du succès.

 


Découvrez The Beatles!

Publié dans Mauvais Movie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

prise de chou 25/11/2008 12:43

Art - hihihi...

Art Vandelay 25/11/2008 11:33

"That Ralph Fiennes, I would give up my firstborn for him."
(http://www.seinfeldscripts.com/TheEnglishPatient.html)

prise de chou 25/11/2008 10:37

Phil - mais j'ai adoré Dersou ! Même pas fermé l'oeil !
Mc - Oui, on est limite bridge ! ;(

MamanCélib 24/11/2008 22:42

Tes week end sont presque aussi fascinants que les miens ^_^

A quand le tournoi de bridge ?

Philémon 24/11/2008 21:38

Heureusement que la Lili n'étudie pas le mongol, parce Derzou Ouzala en VO, pour dormir, ça le fait bien aussi... Je me rappelle de mon aîné scotché devant Arte à visionner ce film pendant deux heures ! Il avait trois ans.
Bon, une moule-frite à suivre, ça te ressemble mieux, ma grande, même si ça salit les mitaines ;-)