Mes vices et ma chignole

Publié le par PRISE DE CHOU

LOU m’a taguée, la vilaine, en me demandant de révéler en place publique 6 trucs tordus bien perso.

Allez hop, déloque toi et fais montrer devant tout le monde. Alors que Madame Lou, je ne la connais ni des lèvres ni des dents, comme disait l’autre.

Soucieuse de plaire et obéissante de nature, je me creuse la cervelle avec une grosse chignole pour trouver des réponses à cette question troublante et parfaitement hors de propos. Tout chez moi est parfait, limpide, innocent, nickel chrome, c’est bien connu.

Des défauts vicelards ? Des manies louches ? Des habitudes peu ragoûtantes ? Que nenni ma bonne amie, je suis un diamant pur arraché à une montagne d’airain.

Toutefois…

Chaque fois que j’entends une fanfare, je pleure.

Qu’elle soit bonne ou mauvaise, pro ou ploucvillesque, l’effet est garanti.

Je me souviens du temps béni où j’habitais dans le 18ème. Chaque année, Fête des Vendanges à Montmartre, avec défilés dans les rues de locdus en costumes agricoles, majorettes à la cuisse frémissante et… fanfares.

J’y allais seule, presque honteuse, et me dissimulais dans une encoignure de porte cochère avec ma boîte de Kleenex. L’extase lacrymale !

Une copine du quartier m’a surprise un jour en pleine larmoyance, cachée derrière un parcmètre.

-         Danielle ? Ca va pas ?

-         Si très bien, ouiiiin.

-         Ah non, là, ça va pas !

-         Mais si, ouiiin (casse toi, pôv’conne !)

-         Viens à la maison, on va boire un café, on va parler.

-         Je préfère être seule, ouiiin (punaise, mais casse toi, y’en a une bonne qui arrive, je l’entends déjà en bas de la rue, j’ai un déferlement en prévision, un orgasme tsunamique qui monte)

-         T’es sûre ?

-         Ouin !

-         Je te laisse, alors ?

-         OUIN !

-         Tu m’appelles, hein, si ça va pas ?

-         OUIN ! OUIN !

 

Bon, voilà, elle est contente, Madame Lou ? C’est assez tordu comme ça ? Parce qu’autrement je suis bien ordinaire. Alcoolique, nymphomane, tabagique, comme tout le monde, RAS, circulez, y’a rien à voir !

 

Ah oui, quand même, un truc bien honteux… je suis anglophile. I love la perfide Albion d’un amour coupable, assumé et revendiqué. Cet article est d’ailleurs illustré des photos d’un film que j’ai bien évidemment adoré, puisque anglais et consacré à la petite fanfare d’une cité minière sous Thatcher. Un bijou !



Découvrez Garde Républicaine!
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Ah, les virtuoses ! Vu 10 fois le film, avec toujours la larme à l'oeil... Me rappelle mon Poète Maudit le 1er au trombone et Mlle la Conseillère au saxo ténor... Même que j'allais les retrouver au monument au morts le 8 mai et le 11 novembre.<br /> Comme gonzesse à trucs tordus, tu te poses là, la Chou. Tu me rassures, y a pire...
Répondre
B
Chougneuse !! ;-)<br /> (je suis contente, personne l'avait faite avant moi ) ;-)
Répondre
P
MC - Oh que non ! J'étais très grosse quand j'étais petite, autant te dire que l'idée de me balader en jupette et les fesses à moitié à l'air ne m'excitait pas du tout !<br /> Lou - si j'en trouve encore, du tordu, je ferai un nouvel article... pour les dindes à bâton, voir ci-dessus !;-)<br /> Chriss - that's my girl !
Répondre
C
Hum, les virtuoses ! j'ai adoré ce film<br /> vraiment, pour ceux qui l'ont pas vu, cherchez le dvd (s'il existe)<br /> y a rien à enlever, tout y est génial<br /> les images aussi sont belles<br /> et les morceaux joués par la fanfare...le pied !<br /> merci de m'avoir rappelé ce film<br /> mais être touchée par la musik, c'est pas tordu, c'est bô !
Répondre
L
JE SAVAIS BIEN QUE TU TROUVERAIS.<br /> Et les majorettes, ça te fait quoi ? ;-)
Répondre