Urgences

Publié le par PRISE DE CHOU

 


Découvrez Michel Jonasz!
Je n’ai pas vu Mieuvautard ce week-end.

Je l’ai appelé vendredi soir et il s’est excusé de ne pouvoir me parler, il était sur MSN avec la femme de l’un de ses amis. La dame n’allait pas fort apparemment, l’ami en question ayant plié ses gaules, claqué la lourde, et pris la poudre d’escampette, sans espoir de retour. Mieuvautard tentait de lui remonter le moral et les bretelles.
Bon. Saint Bernard en mission de sauvetage. OK.
- Je t’appelle demain matin vers 10h, sans faute.
Très bien.

Le lendemain, midi, pas de coup de fil. Mollement agacée, je décide de boudiner et j’éteins mon portable pour le reste du week-end.

Je m’efforce parfois d’avoir des comportements féminins imbéciles, pour que les messieurs cessent de me prendre pour leur pote de chambrée. S’il faut être inconstante, boudeuse et caractérielle pour se conformer à l’image qu’ils se font des nanas, pas de souci, pouffe, je sais faire aussi. Si ça peut les rassurer…

Bref, je passe deux jours cloîtrée chez moi, enchaînée à ma machine à coudre, et je produis une quantité conséquente de couvre-chefs.
Je cuisine aussi pour le dimanche. Du bœuf braisé et un énorme gratin dauphinois, vu qu’on est en hiver et que mes 3 enfants doivent déjeuner à la maison. Sauf qu’on m’annonce dimanche matin que les plans ont changé.
Ils vont faire des enregistrements dans le studio cave du Boulevard Barbès. Bon, qu’à cela ne tienne, on va faire un régime bœuf-gratin pendant une bonne semaine avec Lili. Diététique en diable !

Dimanche soir, mail de Mieuvautard.

Il a essayé de me joindre dix fois par téléphone… depuis l’hôpital.

Il n’a pas dû savoir consoler la copine MSN, parce qu’elle a tenté d’en finir.
N’obtenant plus de réponse à ses messages, il a déboulé chez elle, accompagné de la fille de la dame. In extremis. Elle s’était taillée les veines dans sa salle de bains.

Ambulance, urgences…

Il a passé la nuit dans un couloir d’hosto. A 10h, il dormait, recroquevillé sur une chaise.

Il s’excuse de n’avoir pu m’appeler comme prévu, il aurait tant aimé entendre ma voix.

Et c’est qui qui se sent conne, minable et coupable d’avoir fait « la fille » ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dudsou 09/10/2008 21:18

That was a day without... And that's it.
But you are too curious, alive & smart, to get tired of learning...
Don't be too harsh with yourself

PRISE DE CHOU 10/10/2008 08:19


That's my boy !


prise de chou 08/10/2008 22:43

Ptit Luc : Je ne répondrais même pas à part "Alors, à quand ce café devant l'Alcazar ?". Mais aussi tout de même. Je ne suis pas jalouse et c'est bien ça qui m'inquiète.
Dudsou : I learn so much that I'm getting tired of learning...

Dudsou 08/10/2008 22:21

Ouais : no regret. You learn from your mistakes.
Next time will be better.
Excellent (car beau et juste) la citation Cocteau...

Ptit Luc 08/10/2008 11:49

Jalouse : n'es-ce pas déjà l'aimer un peu plus ??
"Le verbe aimer est difficile à conjuguer : son passé n'est pas simple, son présent n'est qu'indicatif, et son futur est toujours conditionnel".
Désolé ce n'est pas de moi mais de Cocteau

Ptit Luc 08/10/2008 11:47

C'est pt'ête aussi parce qu'elles font quelquefois la fille qu'on les aime ? Quant à regretter, je ne vois ni pourquoi ni l'intérêt que ça aurait !
Merci pour la nouvelle recette des "boulettes au gratin" !!