Pauline

Publié le par PRISE DE CHOU

Il y a un mois ou deux, je déjeunais avec Jules et ma fille.

Comment en sommes-nous arrivés à parler d’enterrement… je ne m’en souviens plus.

Et voilà les deux zigottos qui s’excitent sur MES funérailles.

-         Ah dis donc, ça va être super l’enterrement de Danielle !

-         Ouais, on va être triste, mais je suis sûre qu’on rigolera bien aussi.

-         Et qu’est-ce qu’on lui mettra comme musique ? Pendant que je grille façon merguez

-         Les Beatles, forcément.

-         Oui, mais elle aime les fanfares, tu sais bien, « Les Virtuoses », elle a pleuré pendant tout le film. Oui, c’est une pathologie, les fanfares me chavirent.

-         D’accord. Mais faudrait pas que ça, sinon on va s’ennuyer. Faut mettre Bohemian Rhapsody ! Obligatoire !

-         Ouais ! Toute l’assistance en head bangers… mais du Bowie aussi. Starman ? The man who sold the world ?

-         Et Space oddity…

Pendant qu’ils établissent le menu musical de ce BBQ dont je serai le plat principal, je repense à Pauline.

Pauline est la fille de Minou et Daïdir. Elle était belle, intelligente, amoureuse et chaleureuse.

Un immonde crabe l’a attrapée à l’âge de 22 ans. Elle est partie, après avoir lutté contre cette merde avec un courage qui a bouleversé jusqu’à l’équipe médicale, pourtant confrontée quotidiennement à l’horreur, plongeant ses parents et tous ceux qui l’aimaient dans un chagrin inconsolable.

Tellement injuste. Cette fille au sourire solaire, généreuse et passionnée, rayée des vivants en quelques mois.

Nous fûmes nombreux à venir la saluer une dernière fois. Jamais je n’oublierai la cérémonie. Jamais.

Un jour d’automne. Pas de prêtre, pas d’église, pas de costumes sombres, mais une salle pleine d’amis venus pour certains de l’autre bout du monde. Les larmes et la douleur sur le visage de chacun.

Son amoureux avait compilé quelques films où elle apparaissait cheveux au vent, riant aux éclats. L’image même de la jeunesse, de la vie, insoutenable.

Et Minou, la belle, la tendre, où allait-elle puiser le courage de parler sans faiblir de sa fille avec tant de douceur, de vigueur et de justesse, elle qui ne voyait plus de raison de se lever le matin ?

La bande son aurait pu sembler incongrue à certains. Juste la play list de l’ipod d’une jeune femme de 22 ans. Pas de violons, de trémolos, de chansons à messages signifiants. Ce n’en était que plus fort. Je tremble presque à ce souvenir.

En partant, elle nous a laissé un merveilleux cadeau. Elle a soudé ceux qui restaient. Les liens parfois distendus se sont resserrés. On se voit plus souvent, on s’aime plus, on s’étreint et on se comprend mieux. On évite les querelles idiotes, les mesquineries vaines, ce serait indigne d’elle.

Alors j’écoute ma fille et Jules composer l’accompagnement musical de mes funérailles.

Je ne suis pas fâchée, je souris. J’espère simplement que ma mort saura rapprocher ceux qui m’ont aimée. Bonsoir, Pauline. Et merci ma belle.

 

Publié dans FRIENDS

Commenter cet article

Alice Lewis 15/09/2008 13:42

Hier soir, j'avais du vague à l'âme et je pensais justement à ceux et celles que j'avais vu partir trop tôt. Même à la jeune compagne de chambre que m'a fille a côtoyée durant une semaine d'hospitalisation: 26 ans,si charmante et si douce, tumeur cancéreuse au cerveau, deux trépanations en six mois, les cheveux brûlés par les rayons...Elle aussi doit avoir disparu...
Quelle injustice!!!

Blanche 14/09/2008 12:33

Purée !!! Et je lis ça moi, en ce dimanche midi, et je pleure à chaudes larmes devant mon écran.
Merci Danielle pour cette émotion !!
Je crois que nous avons la même approche de la mort, parler de ses funérailles n'a jamais fait mourir personne !!

danielle 14/09/2008 02:31

Bon, les gars, je ne vais pas vous répondre chacun votre tour, il n'y a pas grand chose à dire. mais nous avons la chance qu'il nous reste à vivre, profitons-en. Je vous embrasse tous.

silv1 13/09/2008 20:27

...

Dudsou 13/09/2008 15:13

Juste beau.
Beau et juste.
J'espère que l'on fera plein d'autres fêtes ensemble avant celle de ton ou de mon enterrement !