Les aventures de Prise de Chou et du Lapin Kougloff

Publié le par PRISE DE CHOU


Rassurez-vous, ce n’est pas un conte pour enfants, pas du tout du tout.

Ca a commencé comme d’hab, assez mal, à la Raoul.

RDV 18h – Diable des Lombards.

Le garçon a téléphoné avant pour confirmer le rendez-vous, ton sérieux, voix grave, ça rigole pas.

Du coup, pas question d’avoir une minute de retard. Je revêts en hâte mon costume de lumière (veste en jean antédiluvienne), j’agrippe mon sac de marque (indéterminée), un coup d’œil dans le miroir de l’entrée pour vérifier le maquillage (impec : cils en paquet de 10 + une tache de mascara sur la pommette) et je fends les giboulées de mars qui tapent l’incruste en ce joli mois d’avril.

Just in time ! Mais personne à l’horizon. Je m’installe bien en vue, commande une bière et commence à attendre, en m’efforçant d’avoir l’air de ne pas attendre. Un grand numéro, parfaitement rôdé, maintes fois répété (voir Crotte de Nez). Nécessite quelques accessoires. Au choix : livre dans lequel on s’abîme avec concentration, même si on se contente de relire 10 fois la même page sans vraiment capter les mots ; cigarette qu’on fume élégamment en suivant du regard, rêveuse, les volutes bleutées (accessoire uniquement disponible en version terrasse) ; consultation de vieux messages sur téléphone portable et envoi de textos bidons (en fait, partie de Snake – je deviens super balèze au Snake).

Je choisis l’option bouquin et, au bout de dix lectures, je commence à saisir parfaitement le sens de la page 56 de « J’étais derrière toi » de Nicolas Fargue, excellent ouvrage au demeurant, que je recommande chaleureusement urbi et orbi.

Mais bon, qu’est-ce qu’il fabrique, mon rencard ? Ca va faire 20 minutes que je poirote et toujours que pouic. Il pourrait avoir la correction de téléphoner, au moins ! Je check mon portable… tudieu ! Dans ma précipitation, j’ai oublié mon phone sur la table de la cuisine.

Il m’a dit qu’il venait en moto - quoi, je suis un aimant à motard ? Si ça se trouve, il a plié son cheval de fer à un coin de rue, et gît dans son sang, utilisant ses dernières forces et ses doigts disloqués pour composer mon numéro et vagir dans un râle sifflant : « Garrrglllle… je meurrrrs… garrrrgle… adieeeeuuu… arrrghh… vive l’Albanie… bip bip bip »

Non je n’exagère pas, ou si peu. Deux miens motards se sont déjà plantés en tentant d’accourir prestement vers moi sur leur monture :
Robocop, qui s’en est tiré avec des côtes froissées, et Lexo qui s’est viandé, sans dommage corporel heureusement, sur l’autoroute, sans doute bombardé de billes par une bande de Raouls furibards.

Panique à bord. Je jette un dernier regard alentours, non, décidément, personne, et je rentre fissa dans ma gentifemmière pour trouver mon téléphone débordant de messages. Avant que je puisse les consulter, sonnerie. C’est lui !

-          Allo, c’est toi, tu n’es pas blessé ? Rien de cassé ? Ta bécane n’est pas trop en marmelade ?

-          silence… C’est une plaisanterie, ou quoi ?

-          Euh… non… euh…

-          Heureusement, parce que si c’en est une, elle n’est pas drôle. J’ai attendu une demi-heure rue des Lombards, je suis entré dans le bar, personne, j’ai téléphoné 5 fois, répondeur. Là, je viens juste de rentrer chez moi et franchement, je la trouve saumâtre !

-          Ecoute, je suis désolée. J’y étais, je te jure. J’avais juste oublié mon portable, je t’ai attendu, je ne t’ai pas vu, j’ai cru que tu avais eu un problème en bécane et quand je me suis aperçue que j’avais oublié mon téléphonee, je suis rentrée illico à la maison.

Je me confonds en excuses, mais je suis un peu vexée tout de même, s’il est vraiment entré au Diable et qu’il ne m’a pas vue, c’est mal barré, cette histoire. C’est alors que je me rappelle que pendant 5 bonnes minutes, j’ai fait une petite visite aux wawas… veni, vidi, wc.

Il finit par se calmer, et nous convenons d’un nouveau rendez-vous, le lendemain, même heure, même bar.

Il a pas l’air commode, Lapin...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Vivi , j'ai vu !!!!!...... c'est fou comme les péniches de serial lover font peur aux ch'tites jouvencelles ..... bah dit à ta piote fillette k'elle risque plus rien avec moi , et si elle angoisse trop , trouve lui un léxo ....lol
Répondre
P
<br /> Hihihi !<br /> <br /> <br />
J
Ha non !!!!!!! je ne me suis pas viandé , j'ai juste cassé ma chaine , c'est pas pareil , y'a pas de malus !!!!!<br /> <br /> Bon , j'ai du retard de lecture , j'y retourne ....c'est que la saga de l'été a l'air chaude .... et longue<br /> PS : Bisoux ma poulliette
Répondre
P
<br /> Tu verras qu'il est fait mention de toi une nouvelle fois plus loin... hihihi !<br /> <br /> <br />
L
C'est clair!! la suite!!!!!!<br /> C'est inhabituel comme premier rencart...
Répondre
P
<br /> Madame est servie !<br /> <br /> <br />
M
Mais toute la blogosphère (moi y compris) a lu "J'étais derrière toi" ! ^_^<br /> <br /> Bon, vivement la suite !
Répondre
P
<br /> Et ben toute la blogosphère a eu raison. En voilà un livre qu'il est top moumoute !<br /> <br /> <br />
Z
Ah oui j'ai hâte de lire la suite moi aussi ... et de savoir ce qu'il nous réserve lui =) ...
Répondre
P
<br /> Celui-la est trrrrès spécial !<br /> <br /> <br />