LES MOUCHOIRS

Publié le par PRISE DE CHOU

mouchoir.jpgParfois ça monte. D’un coup.

Les larmes, au bord des cils, parce qu’un soir, une chanson passe à la radio et qu’elle fait remonter des souvenirs qu’on croyait avoir bien enfouis avec son mouchoir par-dessus.

Mais comme on pleure, on sort son mouchoir et le souvenir s’échappe. Et il vous saute à la gueule, et il vous mord avidement, en pleine face.

Alors, souvent, on se laisse dévorer avec un étrange délice masochiste.

On éteint la radio et on farfouille dans la discothèque. On choisit les chansons les plus dangereuses, celles qui font voler les mouchoirs et couler les larmes.

Il est préférable d’être seule pour ce genre d’exercice. Pas d’enfant joyeux qui promène autour de vous son insolente joie de vivre, pas de copine compatissante non plus qui pourrait parasiter la douleur.

Parce qu’on la veut et qu’on l’appelle, la douleur.

On met le son bien fort, la chanson dangereuse distille son poison, on laisse entrer les images, et pour parfaire le tableau, on se colle devant le miroir et on contemple le désastre de son propre visage, défait. Le mascara qui coule, le nez rouge de clown pas drôle, les traits creusés et le teint terni par le chagrin qu’on a réveillé sciemment.

On est moche, laide et finie. On n’aimera plus jamais, et puis, franchement, avec une tronche pareille, comment voulez-vous qu’on puisse vous aimer encore.

On ressort les vieux paquets de clopes, les bouteilles périmées du fond du placard, on trouve encore d’autres chansons signifiantes, et mêmes les plus anodines finissent par avoir la signification qu’on veut bien leur donner.

On s’achève, roulée en boule sous la couette, même pas déshabillée, et on finit par s’endormir, bercée par les sanglots.

Le lendemain, on se réveille, fripée comme un chiffon sale, pas fière, et on se promet que jamais plus on ne laissera les mouchoirs s’envoler.

Mais les mouchoirs sont volatiles, et les souvenirs si lourds.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
1
Et puis c'est tellement bon quand ça fait mal ! ;-)<br /> enfin...pas trop souvent quand même...
Répondre
S
c'est pas très joyeux tout ça mais bon c'est tellement vrai!!<br /> <br /> Bravo Danielle, c'est super agréable de lire tes textes...
Répondre
P
Et oui mais qu'est-ce que tu veux, on peut pas rigoler tous les jours, sinon ce serait pas euh... marrant !C'est vraiment très con ce que je viens de dire !