Rencontre avec Raoul - Crotte de Nez

Publié le par PRISE DE CHOU

crotte.jpgRendez-vous rue des Lombards – 19 heures
 
Oui, encore rue des Lombards. J’aime bien la rue des Lombards, c’est terriblement interlope. On peut y voir des péripatéticiennes d’un exotisme torride et d’un âge canonique.
Plus âgées même que Josette, l’antique arpenteuse de la rue des Martyrs, qui m’avoua un jour de grand soleil, voyant une touriste laisser dégouliner sa glace à la fraise sur son chemisier : « Tu vois, c’est pour ça que je suce pas, à tous les coups, j’me cochonne ! ».
Elle tient toujours des propos d’une incroyable sagesse. Commentant le virage à 180° de Bernard Kouchner, et son ralliement à la Sarkose, elle eut cette formule définitive : « C’est pas parce qu’une pute change de trottoir qu’elle change de boulot ! ».
Mais rue des Lombards, ma préférée c’est La Bavaroise.
Elle est empaquetée en Chanel by Pecca, fait inlassablement tourner un sac à main en crocodile de synthèse, et porte en permanence un magnifique chapeau tyrolien verdâtre à blaireau. Sans doute un souvenir laissé par un amant Teuton pendant la dernière guerre mondiale (ou peut-être la première). Elle ne le quitte jamais. Ses cheveux n’auraient-ils pas repoussés depuis la libération ?
J’ai l’esprit tordu sans doute, mais j’essaye de l’imaginer dans l’exercice de sa profession, son infâme bitos vissé sur le crâne… Non. Mieux vaut ne pas y penser.
No Raoul à la porte du bar. J’entre.
Tiens, ma copine Dargif Moelleux. Elle me sourit.
-         Vous avez un rendez-vous ?
-         Eh oui…
-         J’espère qu’il sera moins tarte que celui de l’autre jour !
-         Et moi donc.
Elle est marrante cette fille. Si je ne rencontre personne d’intéressant dans la gente masculine, faudra peut-être que je me songe à me recycler dans la pelouse… Enfin, on n’en est pas encore là.
Pas de Raoul à l’horizon, je m’installe, commande une bière, et plonge dans mon sac (en vache de synthèse) pour en extraire un bouquin. Zut, pas de bouquin, oublié le bouquin… C’est ballot.
J’espère que Raoul va se pointer rapido, sinon je vais avoir l’air cruche à regarder voler les mouches, toute seule devant ma bière. La Bavaroise, qui vient régulièrement écluser un petit blanc au bar, va peut-être penser que je suis une concurrente potentielle et me tomber dessus à bras raccourcis. Pas envie de me prendre son pochon en croco en pleine poire…
Comme toute femelle désoeuvrée qui veut paraître terriblement occupée, je sors mon portable. Je vérifie 4 fois la vacuité de ma messagerie, fait un peu de ménage dans mon journal d’appels, sucre au passage dans mes contacts les numéros de quelques Raouls qui doivent se taper de joyeuses parties de billes sur l’A1.
Un quart d’heure, 20 minutes passent. Personne. Il manque pas d’air, pépère… Manque tellement pas d’air que ça sent le vent !
Allez, ça suffit comme ça. Je finis mon verre, appelle la Moelleuse pour la note.
-         Y’a un type qui poireaute devant le magasin d’en face depuis une demi-heure. C’est peut-être votre rendez-vous !
-         Ah… Il est comment ?
-         Encore plus naze que celui qui avait un feu de plancher. Il lit FHM. Et puis il s’est curé le nez au moins 5 fois depuis tout à l’heure.
-         Avec les doigts ?
-         Ouais, et il s’est essuyé sur son pardessus.
-         La classe ! Je pourrais pas sortir par la porte de derrière ?
-         Suivez-moi !
Asta la vista, Crotte de Nez, va jouer aux billes sur l’autoroute.
 

Publié dans RAOUL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Non vraiment, le coup des billes sur l'autoroute je suis totale fana!
Répondre
P
Du calme, ma grande... C'est quand même total déconseillé par Bison Futé. Les anglais ont un truc pas mal non plus qui veut dire la même chose : Take a long walk on a short pier... Déconseillé par Flipper le Dauphin Futé également.
S
Bien joué le coup de la fuite par la porte de derrière...merci à Mme Moelleuse!!
Répondre