L'été 2010 à la campagne

Publié le par PRISE DE CHOU

Un vent mutin descendu des collinesCantal-243.jpg souffle sur la plaine, creuse des vagues et des courants changeants dans les champs de blé. Les épis ébouriffés ondulent sous sa caresse. Pas un bruit, si ce n’est la vibration de l’air chauffé à blanc par la touffeur du mois d’août et le vrombissement ininterrompu d’un essaim d’insectes, affolés par une grosse bouse bien fraîche.
 
Dans le lointain, les nuages compacts et cotonneux s’échappent des cheminées pestilentielles de l’usine d’incinération.
 
Sous la ramure, un gai ruisseau serpente, charriant son flot d’ablettes à trois yeux qui nagent sur le dos. La conserverie voisine a encore dégazé sévère, la cochonne.
 
Le paysan bourru, au volant de son gros tracteur, rentre à la ferme après sa rude journée de labeur. Il songe au frugal repas que lui a préparé Soizic : des patates, encore des patates, toujours des patates. Il pense aussi au Crédit Agricole, aux traites qu’il ne va pas encore pouvoir payer ce mois-ci, à la Marguerite qui va vêler, et à la meuf de Sarkozy, qu’il se taperait bien.
 
Soizic, assise devant l’âtre éteint, ravaude une vieille paire de jeans de chez Super U (10 euros en promo, mais des vraies merdes). Elle est un peu perturbée depuis que les Feux de l’Amour ont changé d’horaire. C’est à cause de ça qu’elle ovule mou, pour sûr.
 
La tenancière de Ty Nénez, le gîte rural, a bien du tourment. Le petit rosbif du 3 se tape la cliche du siècle et a la tronche couverte de pustules. Une vraie pizza, le môme. Elle avait pourtant prévenu les parents… Faut pas boire l’eau du robinet. No drink the water of the robico. Mais va te faire comprendre par cette bande de glanpifs qui causent même pas la France. Bien fait pour leur gueule, après tout.
 
Gwenaelle se prépare pour le grand bal du samedi soir à la salle polyvalente. Elle a fait une razzia chez Pimkie à Hennebont, ça va donner. Elle sent que ce soir, Tugdual va lui proposer la botte. Elle préférerait la bague. C’est qu’elle va sur ses 23, la Gwenaelle, et qu’elle veut pas finir vieille fille. D’autant qu’ils dégraissent à la conserverie et qu’elle se sent bien partie pour la prochaine charrette. Elle demande pourtant pas grand-chose à la vie : un homme, des enfants, un abonnement à Voici, le confort moderne. Et Tugdual ferait bien l’affaire, il a un bon poste chez Super U. Chef du rayon charcuterie, c’est pas rien. C’est même du sûr, parce que c’est pas demain qu’on arrêtera de faire l’andouille dans la région.

Le vent et la nuit sont tombés sur le champ de blé immobile. Les insectes se sont tus. On voit très bien les étoiles. Comment peuvent-elles être mortes et briller encore si fort ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Comme on dit sur la blogosphère, j'ai adoré ! La dernière phrase est ma préférée. Je "consomme" ton blog avec modération, comme un gâteau préféré. Voilà, tu as une...quel est le féminin de "fan" ?
Répondre
P
<br /> Ben merci, Dame Dana !!!<br /> <br /> <br />